AFRIQUE/KENYA - Témoignage d’un missionnaire sur le désir de paix des kenyans dans l’attente des résultats électoraux du 26

lundi, 30 octobre 2017 elections   violence   politique   minorités religieuses  

Nairobi (Agence Fides) – « La situation est encore assez alarmante, même si la tension est un peu retombée au cours de ces dernières heures. Jusqu’à présent, le Kenya semble suspendu dans l’attente de la publications des résultats » déclare à l’Agence Fides le Père Alfonso Poppi, missionnaire de la Fraternité sacerdotale des Missionnaires de Saint Charles Borromée, depuis Nairobi où la Commission électorale indépendante devrait aujourd’hui rendre public le résultat de la réitération des élections présidentielles du 8 août, annulées par la Cour Suprême. Le scrutin, qui a eu lieu le 26 octobre, a cependant été boycotté par Raila Odinga, le principal adversaire du Président sortant, Uhru Kenyatta, alors qu’en raison d’incidents entre les partisans de R. Odinga et la police, le scrutin a été repoussé dans les comtés de Kisumu, Migori, Siaya et Homa Bay.
La crainte est que le Kenya ne précipite à nouveau dans la violence comme en 2007-2008 lorsque, après la victoire contestée du Président de l’époque, Mwai Kibaki, des violences à caractère ethnique se poursuivirent pendant des mois, provoquant au moins 1.100 morts et plus de 600.000 évacués.
« Je pense dans tous les cas que la population ne veut pas que se répètent les violences qui ont eu lieu voici 10 ans » déclare le Père Poppi. « La majeure partie de la population désire la paix parce qu’elle comprend qu’avec la violence, on n’obtient rien. Tous attendent que soit mis en place un gouvernement fonctionnant – explique-t-il. D’autre part, cependant, il existe de nombreux jeunes chômeurs qui peuvent être soudoyés pour semer le chaos et la violence ».
« Je suis cependant convaincu que la majeure partie de la population est consciente du danger d’être victime des jeux d’hommes politiques sans scrupules qui exploitent le malaise social pour provoquer des incidents. Je ne crois donc pas que puissent avoir lieu des événements similaires à ceux de dix années en arrière. J’ai vu par exemple que les gouverneurs des Etats dans lesquels les élections ont été contestées et où ont eu lieu les incidents les plus graves, sont descendus ensemble pour parler à la population afin de calmer les esprits ». « Nous espérons donc la paix. Nous sommes entre les mains de Dieu » conclut le missionnaire.
Alors que le Kenya demeure dans l’incertitude de la violence, est parvenue à l’Agence Fides la nouvelle de la mort de S.Exc. Mgr Cornelius Korir, Evêque d’Eldoret, à l’âge de 67 ans. En 2007-2008, il avait contribué à ramener la paix dans le Rift nord. Mgr Korir avait eu un malaise à son domicile et, transporté à l’hôpital Saint Luc, il y est décédé ce matin. (L.M.) (Agence Fides 30/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network