AFRIQUE/KENYA - Satisfaction du Président de la Conférence épiscopale pour le Message de solidarité des Evêques du Soudan et du Soudan du Sud

mercredi, 25 octobre 2017 evêques   elections   paix  

Nairobi (Agence Fides) – « Il s’agit d’un message auquel nous, kenyans, ne pouvons fermer nos cœurs ». Telle est la réaction que partage à l’Agence Fides l’Evêque d’Homa Bay et Président de la Conférence des Evêques catholiques du Kenya (KCCB), S.Exc. Mgr Philip Anyolo, à propos du Message de solidarité arrivé de l’Eglise au Soudan et au Soudan du Sud concernant la difficile situation d’incertitude politique dans laquelle se trouve actuellement le Kenya.
La missive, datée du 20 octobre et envoyée par S.Exc. Mgr Barani Eduardo Hiiboro Kussala, Evêque de Tombura-Yambio et Président de la Conférence épiscopale catholique du Soudan(SCBC) à l’Agence Fides, affirme que « cette lettre de solidarité que nous vous adressons, très chers Frères dans l’Episcopat du Kenya, est un souvenir de notre amour et de l’unité dans la mission du Christ avec vous tous ».
Le Président de la KCCB, Mgr Anyolo, raconte à Fides que l’Eglise catholique au Kenya apprécie beaucoup ce message de solidarité provenant d’une Eglise qui a fait longuement l’expérience d’un manque de paix. « Ceci est un témoignage de frères et sœurs dans le Christ, qui ont traversé d’énormes difficultés et de grandes souffrances » soulignent Mgr Anyolo. Dans son message de solidarité, Mgr Barani rappelle le passé douloureux qu’a connu le Soudan du Sud à partir de décembre 2013, lorsque a explosé le conflit civil encore en cours actuellement.
« Je vous écris cette lettre depuis la République du Soudan du Sud, née en 2011 en tant que pays indépendant et entrée dans son propre cercle de violence en 2013 » écrit Mgr Barani. « Pendant que je vous écrit, nous n’avons pas trouvé de solution et celle-ci n’est pas même en vue ». Rappelant que le Kenya accueille des millions de réfugiés sud soudanais, Mgr Barani écrit : « le Kenya est notre maison naturelle et le sera toujours. C’est pourquoi nous désirons qu’il vive en paix. Pour ce motif, nous nous unissons à vous pour inviter tous les kenyans à choisir la vie et non pas la mort, la paix et non pas la violence ».
En ce 25 octobre, les kenyans attendent en retenant leur souffle la décision concernant le recours présenté par l’opposition devant la Cour Suprême visant à repousser la date des élections, prévues pour demain, 26 octobre. Il s’agit là de la réitération du scrutin présidentiel du 8 août dernier, qui a été annulé le 1er septembre par cette même Cour Suprême. Selon des nouvelles de la dernière heure, la Cour Suprême a déclaré ne pas pouvoir examiner le recours suite à l’absence du quorum des juges présents. Les élections se tiendront donc bien demain. (D.B. O.O) (L.M.) (Agence Fides 25/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network