ASIE/IRAQ - Nouvelle fuite de chrétiens de la plaine de Ninive menacée par de nouveaux vents de guerre

mercredi, 25 octobre 2017 eglises orientales   proche-orient   réfugiés   géopolitique  

IraqiChristian HRC

Telkaif (Agence Fides) – Les chrétiens de Telkaif, petite ville irakienne de la plaine de Ninive, ont abandonné en masse leurs habitations le 24 octobre en fin de soirée et se sont transférés, à l’aide de tous les véhicules disponibles, à al Qosh et dans d’autres villages voisins après avoir été alarmés par des rumeurs faisant état d’imminentes opérations militaires qui pourraient porter à des affrontements entre l’armée irakienne et les milices kurdes dépendant du gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien dans la zone en question. Le site Internet d’information ankawa.com a indiqué qu’au cours de cette même journée du 24, des tirs de mortiers étaient tombés sur le centre habité de Telkaif, provoquant, selon des sources locales, la mort de deux personnes. Un exode analogue a concerné également les habitants de la ville voisine de Baqofah.
La fuite précipitée des chrétiens de Telkaif et Baqofah rappelle l’exode massif qui se vérifia dans la plaine de Ninive en août 2014, lorsque plus de 100.000 chrétiens furent contraints à abandonner les villages qui, depuis des temps immémoriaux, représentaient les foyers de la présence historique des communautés chrétiennes autochtones de l’antique Mésopotamie. Au cours de la nuit du 6 au 7 août 2014, les villes de Qaraqosh, Kramles, Telkaif et Bartalla ainsi que d’autres centres de la plaine de Ninive se vidèrent de leurs habitants chrétiens face à l’offensive des milices du prétendu « Etat islamique », lesquelles avaient balayé la résistance des milices kurdes Peshmergas. Nombreux sont ceux qui s’enfuirent à Erbil et Kirkuk sans rien emporter avec eux.
Entre temps, le gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien a diffusé une note dans laquelle il affirme être disponible à « congeler » les résultats du référendum indépendantiste du 25 septembre dernier. L’initiative a été présentée comme une tentative d’ouvrir un dialogue avec le gouvernement irakien. Les responsables kurdes ont également souhaité un « cessez-le-feu immédiat » après les affrontements armés enregistrés ces derniers jours entre l’armée irakienne et les milices kurdes dans la région de Kirkuk. (GV) (Agence Fides 25/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network