AMERIQUE/NICARAGUA - Message de la Conférence épiscopale en vue des élections du 5 novembre

lundi, 23 octobre 2017 politique   elections   evêques   conférences épiscopales  
Message de la Conférence épiscopale en vue des éle

CEN

Message de la Conférence épiscopale en vue des élections du 5 novembre

Matagalpa (Agence Fides) – Quinze jours avant les élections municipales, prévues pour le 5 novembre, les Evêques du Nicaragua publient un Message dans lequel ils affirment que rien n’a changé dans le système électoral du pays mais qu’ils invitent cependant les citoyens à être protagonistes et à décider de l’avenir de leur nation. « Nous, Evêques de la Conférence épiscopale (CEN), estimons que la majeure partie des problèmes dans ce secteur demeurent ceux dont nous avions déjà parlé dans le communiqué du 26 septembre 2012 (n° 5) et dans le document ayant émergé du dialogue avec le Président de la République le 21 mai 2014 (n° 39) » peut-on lire dans le document de la CEN parvenu à Fides.
« Le découragement porte à se réfugier en soi-même, à créer une bulle d’autoprotection qui finit par se transformer en cécité sociale. Nous ne devons pas attendre d’arriver à des situations extrêmes pour réveiller la conscience de la responsabilité sur les thèmes politiques et sociaux » poursuit le texte.
Le langage des Evêques employé pour décrire la situation est clair et direct : « La démoralisation d’un peuple porte à l’apathie, à laisser que ce soient les autres à prendre les décisions. N’oublions jamais que c’est nous, peuple du Nicaragua, qui avons le dernier mot et qui décidons de l’horizon que le pays doit se fixer. La force qui parvient à transformer une société est celle du peuple qui, encouragé par la justice et la liberté, construit dans les vertus du bien commun, de la vérité et de la justice sociale. Soyons protagonistes et non pas spectateurs ! ». Le texte poursuit ensuite : « Dans le contexte du monde actuel, dans lequel la politique jouit de peu d’estime, sont nécessaires de manière urgente des hommes politiques qui servent avec miséricorde et, pour citer le Pape François, qui démasquent le fait que la politique est faite seulement de prédateurs ».
Le document s’achève en rappelant que « l’exercice de l’autorité, entendu comme service dans l’amour, constitue une clef pour une réforme de la politique au Nicaragua qui deviendra réalité au sein des structures communautaires et d’inclusion ». Enfin, il invite tout un chacun à la prière à l’occasion de cet événement politique : « La force de la prière peut guider l’histoire. Nous invitons donc nos prêtres, religieux et fidèles à dédier, en ces jours qui conduisent aux élections, des journées de prière au niveau paroissial ».
S.Exc. Mgr Silvio Báez, Eveque auxiliaire de Managua, explique à Fides, à propos du message de la Conférence épiscopale, que la population doit décider de son avenir. « C’est là le cœur du document, en ce que le problème du Nicaragua n’est pas de nature électorale mais se trouve être le manque de conscience des citoyens ». « Nous invitons tout un chacun à ne pas être spectateur de la réalité. Il s’agit également d’une invitation au discernement politique, afin de ne pas permettre que les prédateurs politiques continuent à dominer le Nicaragua et que ce soit le peuple lui-même à décider avec sagesse, en étant attentif aux signes de l’histoire, de manière à récupérer ce que nous avons perdu dans le pays, à savoir la capacité d’exercer le droit lié à la citoyenneté » a-t-il déclaré.
Mgr Baez, en soulignant que, dans le pays, « n’existent pas les conditions garantissant des processus électoraux équitables, honnêtes et transparents », remarque que la décision de voter ou non « demeure quelque chose qui dépend de la conscience de chaque citoyen ». (CE) (Agence Fides 23/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network