VATICAN - La vie claustrale comme mission

vendredi, 20 octobre 2017 vie consacrée   oeuvres pontificales missionnaires   mission   evangélisation  

Agenzia Fides

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Sainte Thérèse de Lisieux désirait être l’amour dans le cœur de l’Eglise. Aujourd’hui, les moniales cloîtrées sont comme un cœur qui pompe le sang, c’est-à-dire la charité du Christ, dans tout l’organisme de l’Eglise universelle. Ainsi, leur amour arrive à toutes les missions et à tous les missionnaires, qui sont les mains qui baptisent ou les bras qui accueillent les pauvres et les souffrants. Si le cœur ne pompe pas le sang, l’organisme meurt. Le Saint Pape Jean XXIII disait que les Œuvres pontificales missionnaires sont comme le système vasculaire de l’organisme humain, ce réseau qui permet à l’amour de Dieu d’arriver à chaque tissus. Les moniales, par leur prière et leurs sacrifices quotidiens, en représentent le cœur pulsant, dont tout tire origine ». C’est ainsi que le Père Ryszard Szmydki, O.M.I., Sous-secrétaire de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, présente la vidéo produite par l’Agence Fides et diffusée, à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, pour faire mémoire du 90ème anniversaire de la proclamation de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face en tant que Patronne des Missions. Le 14 décembre 1927 en effet, le Pape Pie XI déclara Sainte Thérèse de Lisieux « patronne spéciale des missionnaires, hommes et femmes, existant dans le monde », titre qui avait déjà été concédé à Saint François Xavier.
Dans le cadre de sa nouvelle présence dans le domaine de la production multimédia – la vidéo est disponible sur le canal Youtube de Fides en italien et en anglais – l’Agence Fides est entrée dans un Carmel où les moniales, selon la voie tracée par Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face, embrassent le monde entier.
Au cours de l’entretien accordé à Fides, le Père Ryszard Szmydki rappelle que la mission et la contemplation sont le propre de tout baptisé. « Le missionnaire, ainsi que l’affirme Redemptoris Missio, doit être un « contemplatif en action ». La réponse aux problèmes, il doit l’apporter à la lumière de la Parole de Dieu et dans la prière, personnelle et communautaire. Si le missionnaire n’est pas un contemplatif, il ne lui est pas possible d’annoncer le Christ de manière crédible ». (PA) (Agence Fides 20/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network