ASIE/IRAQ - Nouveaux vents de guerre sur la plaine de Ninive

mardi, 17 octobre 2017 eglises orientales   proche-orient   sectarisme  

ankawa.com

Telkaif (Agence fides) – Ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone, formations de milices de protection populaire comptant dans leurs rangs notamment des miliciens chrétiens, ont intimé aux milices kurdes Peshmergas d’abandonner toutes les zones de la plaine de Ninive sous leur contrôle, recevant le refus des contingents kurdes répondant au gouvernement de la Région autonome du Kurdistan irakien. Au cours de ces derniers jours, les Peshmergas avaient arrêté des membres du clan familial de Ryan al Keldani, connu aussi sous le nom de Ryan le Chaldéen, chef de ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone. Des sources kurdes ont indiqué que les Peshmergas déployés dans la plaine de Ninive répondront militairement à toutes les composantes armées qui tenteront de franchir la frontière des zones qu’ils contrôlent.
Les intimations de ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone et l’hypothèse d’une attaque de leur part des positions des Peshmergas représentent seulement l’un des symptômes des nouveaux conflits qui semblent planer sur de vastes zones du nord de l’Irak, à peine libérées de l’occupation ou du siège des djihadistes du prétendu « Etat islamique » après le référendum indépendantiste kurde du 25 septembre dernier. Parmi les zones contestées entre le gouvernement irakien et les forces indépendantistes kurdes, outre celle de Kirkuk, riche en pétrole, se trouve également la plaine de Ninive, zone de présence traditionnelle des communautés chrétiennes autochtones. Les tensions entre ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone et les Peshmergas kurdes alimentent des préoccupations également parmi les chrétiens qui, au cours de ces derniers mois, avaient fait retour dans leurs villages de la plaine de Ninive après avoir vécu longtemps comme évacués lorsque Mossoul et la plaine en quesstion se trouvaient sous le joug du prétendu « Etat islamique ». Les évacués chrétiens revenus à leur domicile craignent de voir la plaine de Ninive se transformer à nouveau en champ de bataille, cette fois entre les Peshmergas kurdes et l’armée irakienne ou ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone et d’autres forces de mobilisation populaire, en majorité chiites, qui ont pris part aux opérations militaires contre les djihadistes du prétendu « Etat islamique ». (GV) (Agence Fides 17/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network