AMERIQUE/VENEZUELA - Appel des Evêques en faveur de la participation électorale et proclamation d’une Journée de prière pour le 13 octobre

samedi, 7 octobre 2017 droits fondamentaux   politique   conférences épiscopales   démocratie   elections  
Appel des Evêques en faveur de la participation él

Appel des Evêques en faveur de la participation électorale et proclamation d’une Journée de prière pour le 13 octobre

Caracas (Agence Fides) – « La crise que connaît actuellement le pays est encore présente, bien loin d’être surmontée. Dans ce cadre, les élections en vue du renouvellement des gouverneurs des Etats ont été proclamées. Il s’agit d’un processus électoral de niveau constitutionnel qui avait été repoussé de manière arbitraire par les actuelles autorités du Conseil électoral national en ce que les élections auraient dû avoir lieu voici plus d’un an. Face à la situation particulièrement troublée du pays, ces élections constituent une lueur sur la route pour ceux qui non seulement croient en la démocratie et la défendent en tant que forme de gouvernement mais également pour ceux qui la pensent comme le véritable chemin en direction du développement intégral, aujourd’hui si nécessaire à notre peuple ». C’est en ces termes que débute la Déclaration de la Conférence épiscopale du Venezuela publiée hier, 6 octobre, et envoyée à l’Agence Fides.
Intervenant à propos de la crise nationale, l’Episcopat vénézuélien relève : « Il est nécessaire de tenir compte de l’importance de cet acte électoral. La requête de ces élections est un droit et un désir d’une large majorité des vénézuéliens. Face au projet totalitaire que l’Assemblée nationale constituante entend imposer, mais qui n’est pas accepté par une large majorité des vénézuéliens, les élections des gouverneurs démontrent qu’existent encore des motifs d’espérance. Elles répondent à l’urgence de continuer à exiger que ne soit imposé aucun modèle qui viole la dignité de la personne humaine, les droits des citoyens, la stabilité politique et la paix sociale de tous les vénézuéliens ».
« En ce sens, et à partir de notre ministère en tant que Pasteurs du peuple de Dieu au Venezuela, nous invitons tous les citoyens à aller massivement dans les centres de vote de tout le pays et à exprimer leur vote librement et sans conditions, confirmant la vocation démocratique. Le 15 octobre, les vénézuéliens ayant le droit de vote ont un devoir vis-à-vis du pays, des régions et des générations futures. Nous ne devons pas nous abstenir par méfiance ou découragement. Ne pas participer au scrutin revient à nous condamner nous-mêmes et à condamner les générations futures à vivre dans l’absence de ce qu’il y a de plus élémentaire en vue d’une vie digne et sereine, à savoir la nourriture, les médicaments, la sécurité personnelle et légale » peut-on lire dans le communiqué envoyé à Fides.
Les Evêques invitent ensuite les citoyens à ne pas vendre leur propre conscience contre des cadeaux ou quelque promesse trompeuse et déclarent aux vainqueurs des élections : « Ceux qui seront élus ne devront pas agir en tant que représentants de la majorité ou de l’opposition mais comme serviteurs des personnes qu’ils devront gouverner, en tant que responsables qui ont l’obligation et la responsabilité de faire un gouvernement au sein des régions avec et pour le peuple ».
En conclusion du texte, tous les Curés des communautés ecclésiales sont invités à proclamer une Journée de Prière pour le Venezuela le 13 octobre afin que les prochaines élections soient pacifiques et que leur résultat soit orienté en fonction du bien commun. « Le Venezuela, avec la bénédiction de Notre-Dame de Coromoto, doit devenir une nation où règne la justice, la liberté, la solidarité et la fraternité » conclut le texte signé par toutes les autorités de la Conférence épiscopale.
La situation politique au Venezuela continue à être caractérisée par une crise particulièrement profonde. Les Ministres des Affaires étrangères de 12 pays des Amériques, réunis à Lima à la mi-août, avaient considéré « très positives » les nouvelles relations entre le gouvernement vénézuélien et l’opposition tout en estimant qu’elles devaient se développer avec le soutien international dans la « bonne foi » avec des « objectifs clairs » et des « délais déterminés » (voir Fides 285/09/2017). Le 5 octobre dernier, dans un communiqué, les gouvernements de l’Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, du Honduras, du Mexique, de Panama, du Paraguay et du Pérou avaient souhaité que les élections régionales du 15 octobre prochain au Venezuela relatives à l’élection des gouverneurs, puissent se dérouler dans le plein respect de la Constitution et des normes réglementant les processus électoraux dans le pays. (CE) (Agence Fides 07/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network