AMERIQUE/COLOMBIE - Entrée en vigueur du cessez-le-feu bilatéral entre gouvernement et ELN et Eglise protagoniste du chemin de paix

lundi, 2 octobre 2017 groupes armés   paix   violence   dialogue   droits fondamentaux  
Entrée en vigueur du cessez-le-feu bilatéral entre

www.taringa.net

Entrée en vigueur du cessez-le-feu bilatéral entre gouvernement et ELN et Eglise protagoniste du chemin de paix

Bogotá (Agence Fides) – « Aider à trouver la voie qui garantisse la paix, une paix solide et complète, tel est le but de notre participation aux dialogues » a affirmé S.Exc. Mgr Juan Carlos Barreto, Evêque de Quibdo et membre de la Commission de l’Eglise pour le dialogue entre le gouvernement colombien et le groupe de guérilla connu sous le nom d’ELN (armée de libération nationale). Mgr Barreto s’est exprimé de la sorte au terme de la rencontre intervenue à Bogotá entre les opérateurs de réconciliation et de paix promue par la Commission pour la Conciliation nationale de laquelle font partie les Evêques des Diocèses sur le territoire desquels se trouvent les zones de conflit. « La Colombie recherche la paix pour pouvoir donner aux communautés de la zone une perspective nouvelle, une espérance de paix et pour construire un monde différent de celui que nous avons connu pendant des années » a réaffirmé Mgr Barreto.
Le cessez-le-feu bilatéral entre le gouvernement colombien et l’ELN est entré en vigueur le 1er octobre à minuit. Il devrait durer pendant trois mois, jusqu’au 9 janvier prochain, mais dans la perspective d’être prolongé sur la base des évaluations de la Commission pour la surveillance, la vérification et la prévention. La Commission en question est composée par une délégation des Nations unies, 20 Evêques des Diocèses impliqués ainsi que par des officiers généraux de l’armée et de la police, des membres du gouvernement et des guérilleros. La surveillance du respect du cessez-le-feu bilatéral sera effectuée sur le territoire des 33 communes où l’ELN est présente.
La nouvelle est fondamentale pour tous les secteurs de la société qui désirent une paix s’accompagnant de profondes réformes démocratiques. En outre, les négociations en cours avec l’ELN à Quito pourraient être plus rapides que ceux de La Havane (avec les FARC – forces armées révolutionnaires de Colombie NDT) vue l’expérience acquise dans ce cadre. Il existe par suite un terrain déjà exploré qui permet à l’ELN de reprendre nombre des engagements pris entre le gouvernement et les FARC.
L’Eglise catholique, protagoniste des négociations en question, présente une organisation bien structurée y compris au niveau local. Selon ce qu’a déclaré Mgr Barreto, dans chacun des 20 Diocèses impliqués, les Evêques sont en mesure de constituer une Commission avec des personnes préparées à cette mission. Il existe trois niveaux de vérification, a-t-il ensuite expliqué, un premier au niveau national, présidé par le Président de la Conférence épiscopale, un deuxième au niveau régional et un troisième au niveau diocésain. (CE) (Agence Fides 02/10/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network