AFRIQUE/KENYA - Demande de garanties en matière de crédibilité du vote à la Commission électorale de la part du Directeur exécutif du Conseil interreligieux du Kenya

mercredi, 13 septembre 2017 elections  

Nairobi (Agence Fides) – « La Commission électorale indépendante (IEBC) devrait se concentrer sur les prochaines élections en se préoccupant en premier lieu de mettre de l’ordre en son sein et ne pas conduire en ayant le regard fixé sur le rétroviseur. Il ne faut pas attendre une décision de la Cour Suprême dans la mesure où elle sait d’ores et déjà quels sont ses manquements ». C’est ce qu’a déclaré Francis Kuria, Directeur exécutif du Conseil interreligieux du Kenya (IRC), en parlant à un forum public des élections présidentielles du 17 octobre prochain. Ce scrutin a été rendu obligatoire après que la Cour Suprême ait annulé celui du 8 août dernier, scrutin qui avait vu la victoire du Président sortant Uhuru Kenyatta (voir Fides 09/08 et 01/09/2017).
Le Directeur exécutif du Conseil interreligieux du Kenya, dont fait partie la Conférence épiscopale du Kenya (KCCB), est ensuite intervenu dans le débat en cours au Kenya concernant les présumés manquements de la Commission électorale indépendante en ce qui concerne la gestion du scrutin du 8 août, dénoncés par le cartel de l’opposition, la NASA (National Super Alliance), dont le candidat, Raila Odinga, avait présenté devant la Cour Suprême le recours qui a finalement conduit à l’annulation du scrutin.
C’est en particulier le système de vote électronique géré par l’IEBC qui se trouve au centre des polémiques. En effet, la NASA affirme que des inconnus auraient manipulé les résultats en piratant le système. La Cour Suprême n’a pas encore publié les motivations de sa décision d’annulation du scrutin et il est donc prématuré de spéculer sur d’éventuels manquements de l’IEBC. Celle-ci est cependant sollicitée à différents titres de revoir ses procédures. « Cette fois, l’IEBC doit démontrer aux kenyans qu’elle travaille différemment et doit améliorer ses systèmes et ses infrastructures de manière à ce que les électeurs puissent croire aux résultats » a souligné le Directeur exécutif du Conseil interreligieux du Kenya. Il a par ailleurs souligné que les responsables religieux continueront à dialoguer avec les fonctionnaires de l’IEBC afin d’assurer que les kenyans puissent bénéficier d’élections libres, justes et crédibles.
R. Odinga a demandé pour sa part un remaniement de l’IEBC et une révision du système de vote électronique, une position réitérée dans le discours tenu devant le forum par le responsable de la NASA, Norman Magaya, qui a déclaré que la coalition ne participera au scrutin du moins d’octobre que si des modifications sont apportées au secrétariat de l’IEBC.
Le Conseil interreligieux du Kenya comprend, outre la Conférence épiscopale du Kenya (KCCB), le National Council of Churches of Kenya, l’Evangelical Alliance of Kenya, l’Organization of African Instituted Churches Kenya, la Seventh Day Adventist Church, le Supreme Council of Kenyan Muslims, le National Muslim Leaders Forum, l’Hindu Council of Kenya et la Shia Ithna-Asheri Muslim Association. (L.M.) (Agence Fides 13/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network