ASIE/TERRE SAINTE - Déclarations des Patriarches et chefs des Eglises et communautés chrétiennes de Jérusalem à propos du Statu quo

mardi, 5 septembre 2017 lieux saints   proche-orient  

lpj

Jérusalem (Agence Fides) – Selon les Patriarches et chefs des Eglises et communautés chrétiennes de Jérusalem, est en cours « une tentative systématique visant à miner l’intégrité de la Ville Sainte » et à « affaiblir la présence chrétienne en Terre sainte ». Un tel projet se manifeste clairement dans les « récentes violations du Statu Quo » des Lieux Saints ainsi que dans une proposition de loi signée par une quarantaine de membres du Parlement israélien qui « limiterait les droits des Eglises sur nos propriétés ». Tels sont les motifs contingents qui ont poussé les plus hauts représentants de l’ensemble des Eglises et communautés chrétiennes présentes à Jérusalem à signer ensemble un document conjoint dans lequel ils expriment leur ferme opposition à « toute action » de la part de « toute autorité ou groupe » ayant pour effet de violer ou de miner « des lois, accords et règlements qui ont discipliné notre vie pendant des siècles ». Le document, diffusé hier par les canaux officiels des Eglises et communautés, porte la signature des treize chefs des Eglises et communautés chrétiennes présentes à Jérusalem. La liste des signataires débute par le nom de Théophile III, Patriarche grec orthodoxe de Jérusalem, et comprend également ceux de S.Exc. Mgr Pierbattista Pizzaballa, Administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, ainsi que du Père Francesco Patton OFM, Custode de Terre Sainte.
La préoccupation des Eglises et communautés chrétiennes autour du Statu Quo qui réglemente la coexistence des communautés religieuses dans la Vieille Ville de Jérusalem a été ravivée par la décision de la Cour israélienne du début du mois d’août qui, après un long contentieux, a rejeté les initiatives légales par lesquelles le Patriarcat grec orthodoxe de Jérusalem avait tenté de faire reconnaître comme « illégales » et « non autorisées » l’acquisition de certaines de ses propriétés de la part de l’organisation juive Ateret Cohanim en 2004, une affaire à laquelle s’était ajouté récemment la proposition de loi relative à la gestion des propriétés présentée au Parlement israélien et que les Patriarches et chefs des Eglises et communautés chrétiennes de Jérusalem considèrent comme politiquement orientée.
Les tentatives dénoncées – peut-on lire dans le document – ne touchent pas qu’une seule Église ; elles nous touchent tous, et elles affectent les chrétiens et toutes les personnes de bonne volonté à travers le monde. Nous avons toujours été fidèles à notre mission de veiller à ce que Jérusalem et les Lieux Saints soient ouverts à tous, sans distinction ni discrimination ». Les signataires se déclarent également d’accord sur le fait de soutenir le recours intenté par le Patriarcat grec orthodoxe devant la Cour Suprême d’Israël contre la décision du mois d’août dernier relative à la propriété d’immeubles contestés. Ils font appel aux chefs chrétiens et aux fidèles du monde entier, ainsi qu’aux chefs de gouvernements, afin que toutes les initiatives visant à assurer le respect des règles du Statu Quo dans les Lieux Saints enregistrent un soutien diffus et internationale en tant que contribution concrète à l’affirmation d’une « paix juste et durable » dans l’ensemble de la région. (GV) (Agence Fides 05/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network