AMERIQUE/BRESIL - 7 septembre, journée de jeûne et de prière pour le Brésil

samedi, 2 septembre 2017 eglises locales   droits fondamentaux   pauvreté   politique   travail  

Brasilia (Agence Fides) – Le 7 septembre, date de la commémoration de l’indépendance du Brésil, aura lieu dans tout le pays la 23ème édition de l’initiative dénommée « le cri des exclus » qui a pour slogan cette année : « Pour les droits et la démocratie, la lutte est quotidienne », le thème choisi étant « La vie en premier lieu », dans le but, selon la Coordination nationale de l’initiative, d’attirer l’attention de la société sur l’urgence de l’organisation et de la lutte populaire dans le contexte où le pays vit actuellement. L’initiative est née en 1995 au sein de la réalité ecclésiale brésilienne pour approfondir le thème de la campagne de fraternité de cette année-là et répondre aux défis lancés dans le cadre de la II° Semaine sociale brésilienne, qui avait eu lieu en 1994.
Le Président de la Commission épiscopale pastorale pour la Transformation de l’Action sociale de la Conférence épiscopale brésilienne (CNBB), S.Exc. Mgr Guilherme Antônio Werlang, Evêque d’Ipameri, a déclaré, durant la présentation de l’initiative : « Nous vivons des temps difficiles. Les droits et les progrès démocratiques réalisés au cours de ces dernières décennies, fruit de mobilisations et de luttes, sont menacés. La restructuration de la fiscalité, les réformes du travail et des retraites réduisent actuellement les droits des travailleurs pour favoriser les intérêts du marché. Le système démocratique lui-même est en crise, loi de la réalité vécue par la population ».
Le Conseil permanent de la Conférence épiscopale du Brésil (CNBB) a publié, en vue de cette journée, un Message parvenu à Fides et intitulé « La vie en premier lieu », qui exhorte encore une fois les personnes de bonne volonté à « se mobiliser pacifiquement pour la défense des droits et de la dignité du peuple brésilien, en proposant « la vie en premier lieu ». ».
« La société brésilienne est toujours plus perplexe – écrivent les Evêques – face à la profonde crise éthique qui a porté à des décisions politiques et économiques qui, prises sans la participation de la société, impliquent la perte des droits, exacerbent des situations d’exclusion et pénalisent les pauvres au sein du peuple brésilien ».
Le Conseil permanent, attendu « le long moment grave et triste que traverse le pays, suggère aux communautés qu’à cette date, deux éléments importants de spiritualité chrétienne devraient être ajoutés pour accompagner les réflexions et les actions sur la réalité brésilienne, à savoir un jour de jeûne et de prière pour le Brésil ». (SL) (Agence Fides 02/09/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network