AFRIQUE/NIGERIA - Appel à l’obéissance au Saint-Père des Evêques de la Province ecclésiastique d’Owerri concernant la situation au sein du Diocèse d’Ahiara

vendredi, 25 août 2017 evêques   françois  

Abuja (Agence Fides) – La lettre pastorale publiée au terme de la II° Réunion plénière des Evêques de la Province ecclésiastique d’Owerri invite les prêtres, les religieux et les laïcs du Diocèse d’Ahiara à respecter les directives du Pape François et à accepter S.Exc. Mgr Peter Okpaleke comme Ordinaire local, se préparant à son intronisation.
Après avoir souligné que la crise du Diocèse d’Ahiara a constitué une expérience très douloureuse pour l’Eglise de la Province ecclésiastique, les Evêques ont déclaré : « Nous, Evêques au sein de la Province ecclésiastique d’Owerri, avons connu et perçu le scandale et la douleur de la désunion provoqués par la crise au sein du Diocèse d’Ahiara. Nombre sont ceux qui ont été profondément blessés et nombre d’autres se sont sentis amers. Nous, Evêques et Pasteurs de notre Province, demandons avec force la conversion, le pardon et la réconciliation ».
Exprimant leur satisfaction suite à l’intervention personnelle du Saint-Père à propos de cette crise (voir Fides 09/06/2017), les Evêques invitent tous les prêtres et les fidèles du Diocèse à respecter les directives du Saint-Père : « Nous sommes profondément reconnaissants au Saint-Père pour son intervention personnelle qui a apporté la solution définitive. Nous invitons donc tous les prêtres, les religieux et les laïcs du Diocèse d’Ahiara à accepter pleinement S.Exc. Mgr Peter E. Okpaleke, en se préparant à son intronisation ».
S’agissant de la situation politique du pays, les Evêques ont exprimé leur grave préoccupation à propos de la situation qui est venue à se créer « au cours de ces deux dernières années, qui ont été caractérisées par une augmentation des agitations ethniques et régionales, qui sont venues s’ajouter à de nouvelles tensions politiques à l’état de violence déjà présent au sein de la nation nigériane ».
« Nous nous trouvons à un moment critique. Après avoir vécu une guerre civile tragique, de laquelle nous devons encore nous remettre, et des guerres à plus faible échelle qui se poursuivent encore, notre gouvernement et les responsables politiques devraient embrasser la voie de la compassion, du dialogue et du repentir de manière à ce que les nigérians puissent être éloignés de la violence, renouvelés et qu’ils deviennent véritablement unis. Nous invitons donc tous les nigérians à exclure toute forme de discours incendiaire capable d’enflammer les passions » concluent les Evêques. (L.M.) (Agence Fides 25/08/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network