AFRIQUE/GHANA - Prise de position de l’Archevêque de Kumasi sur les mineurs illégaux d’or

jeudi, 27 juillet 2017 ecologie   evêques  

Accra (Agence Fides) – Les mineurs illégaux sont de mauvais citoyens qui risquent de détruire le pays en faisant passer leur intérêt personnel avant le bien-être général, a dénoncé S.Exc. Mgr Gabriel Justice Yaw Anokye, Archevêque de Kumasi.
Le phénomène de ces mineurs illégaux, qui recherchent de l’or, menace actuellement l’écosystème du Ghana et en particulier les cours d’eau et les réserves hydriques nationales, lesquels sont pollués à cause de l’usage massif de mercure pour extraire l’or des roches aurifères.
« Penser seulement à soi-même et à sa famille sans prendre en considération la nation signifie être avides et mauvais. Nous devons tous penser à l’avenir du pays et aux générations futures » a averti l’Archevêque.
Selon Mgr Anokye, les mineurs illégaux sont encore plus mauvais et dangereux que les assassins et constituent des personnes sottes qui ne pensent pas à leur pays.
Bien que le gouvernement ait lancé une campagne visant à interdire les activités des mineurs en question, Mgr Anokye dénonce le fait que celles-ci se poursuivent de nuit en différentes zones telles que Timso, Modaso et Diaso.
Le Ghana est le deuxième producteur d’or d’Afrique et le dixième au niveau mondial. A côté des mines légales, d’innombrables autres existent dans la clandestinité. Le nombre des mineurs illégaux est difficile à évaluer, sachant qu’ils devraient être en 30.000 et 200.000, dont des étrangers et même des chinois.
Kumasi est le chef-lieu de la région de l’Ashanti, dans le sud du Ghana où se concentrent les réserves d’or du pays. (L.M.) (Agence Fides 27/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network