AMERIQUE/BRESIL - Poursuite de la pastorale missionnaire parmi les populations indigènes Bororo et Xavantes

samedi, 22 juillet 2017 indigènes   animation missionnaire   instituts missionnaires  

Ans

Mato Grosso (Agence Fides) – Les Bororo, connus également sous le nom de Parrudos, constituent un peuple indigène de l’Etat brésilien amazonien du Mato Grosso, et se distinguent par la production d’objets d’artisanat et de peintures sur le corps de haut niveau artistique. Les Xavantes constituent un autre groupe ethnique amérindien vivant au Mato Grosso. Ils sont quelques 800 et se définissent « vraies personnes », pratiquant comme rite d’initiation le perçage des oreilles. Les Salésiens exercent depuis des années leur mission pastorale tant au milieu des Bororo que des Xavantes, deux communautés culturellement et historiquement distantes, qui vivent isolées de la société.
Selon les informations diffusées par l’Agence ANS, au cours du mois dernier, 60 indigènes Xavantes ont participé au Cours pour Opérateurs pastoraux Xavantes 2017, tenu au sein de la Paroisse itinérante Saint Dominique Xavier du village de Sainte Claire – Terre indigène Parabubure, sur le territoire de la commune de Campinápolis. Le cours avait pour but principal de former les responsables de l’animation liturgique des communautés.
Pour les Bororo, les missionnaires salésiens ont organisé la Semaine de la Culture Bororo, qui a eu lieu près l’école indigène publique Koregedu Paru, du village de Côrrego Grande – Terre indigène Teresa Cristina. L’ouverture de l’événement, le 11 juillet, a été filmée et documentée par les Bororo eux-mêmes afin d’être transmise par les moyens de communication. A par ailleurs été montée un murales de grandes dimensions avec des ouvrages originaux Bororo, des photographies et des travaux scolaires. Les enfants et les jeunes étaient vêtus et ornés de tous les éléments traditionnels. De nombreux produits locaux ont été servis pour l’occasion, alors que les hauts parleurs diffusaient des musiques traditionnelles interrompues de temps à autre par les propos de l’ancien du village, José Américo Akaru Kurireu, ou du chef du village, Bruno Tawie. (SL) (Agence Fides 22/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network