AMERIQUE/ETATS UNIS - Lettre pastorale de l’Evêque d’El Paso sur l’accueil des migrants

mercredi, 19 juillet 2017 politique   migrants   droits fondamentaux  
Lettre pastorale de l’Evêque d’El Paso sur l’accue

Lettre pastorale de l’Evêque d’El Paso sur l’accueil des migrants

El Paso (Agence Fides) – L’Evêque d’El Paso, au Texas, S.Exc. Mgr Mark J. Seitz, a dénoncé, dans une longue Lettre pastorale publiée hier, 18 juillet, la diabolisation des immigrés, la militarisation de la frontière et le système d’immigration qui divise les familles. Dans la lettre, intitulée « Pour que la douleur et le deuil s’en aillent », Mgr Seitz, dont le Diocèse est situé à la frontière sud-est du Texas, affirme que la sécurité du pays ne peut être utilisée comme « prétexte pour construire des murs et fermer la porte aux migrants et aux réfugiés ». L’Evêque demande aux catholiques d’écouter les enseignements de l’Eglise pour accueillir les immigrés. « Dieu a créé un monde où il y a de la place pour tous au banquet de la vie ».
« Je ne veux pas remplacer la politique par l’enseignement de l’Eglise mais, en tant que Pasteur, mon devoir est celui de (proclamer NDT) l’Evangile de Jésus Christ » et l’Evangile est clair : « Traitez l’étranger qui séjourne parmi vous comme s’il était né parmi vous ». Mgr Seitz a également critiqué le système qui « permet à certains d’arrêter les êtres humains à fins lucratives » alors qu’il détruit « l’engagement historique du pays en faveur des réfugiés et des demandeurs d’asile ».
La Lettre pastorale, parvenue à Fides, contient différents témoignages de l’Evêque lui-même concernant les migrants, qui ont pour but de faire réfléchir à la situation que connaissent les communautés frontalières et la population d’Amérique centrale dans le cadre des voyages de l’espérance. Elle présente également la visite du Saint-Père à cette frontière, l’an dernier, mais aussi le fait que, depuis lors, les choses n’ont pas changé.
Mgr Seitz affirme que, malgré les dysfonctionnements de l’actuelle politique de l’immigration, ceux-ci n’ont pas été résolus en grande partie parce que « les responsables élus n’ont pas encore trouvé le courage moral d’appliquer une réforme de l’immigration permanente et complète », sachant que les migrants ne devraient pas en faire les frais.
La lettre s’achève par un appel à l’unité : « Chaque année, les fidèles de Ciudad Juarez, Las Cruces et El Paso célèbrent ensemble la Messe à la frontière. Nous sommes divisés par un mur ou par un cours d’eau, par une économie d’exclusion et par des politiques de l’immigration injustes mais, malgré tout ce qui nous divise, cette célébration constitue le souvenir joyeux du fait que l’Eucharistie du Christ construit la Nouvelle Humanité, en nous portant ensemble dans la nouvelle Jérusalem ». (CE) (Agence Fides 19/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network