ASIE/INDE - Suspension de l’interdiction du commerce de bétail et de viande bovine de la part de la Cour Suprême

jeudi, 13 juillet 2017 hindouisme   christianisme   islam   politique   minorités religieuses   liberté religieuse   liberté de conscience   droits fondamentaux  

New Delhi (Agence Fides ) - La Cour Suprême de l’Inde a suspendu l’interdiction visant le commerce de bétail de boucherie dans l’ensemble de l’Inde. Il s’agit d’un droit fondamental qui touche la liberté de tout citoyen de choisir sa propre nourriture, a déclaré la Cour.
L’interdiction avait été émise en mai dernier par le gouvernement de Narendra Modi et concernait la vente de bétail, y compris les vaches, en vue de leur abattage ainsi que le commerce de bétail destiné aux propriétaires d’exploitations agricoles.
La mesure avait déjà été rejetée par les Etats du nord-est du pays et par l’Etat du Kerala – dans lesquels la présence chrétienne est forte – alors que les gouvernements de nombreux Etats dominés par le parti de Narendra Modi, le Baratya Janata Party, l’ont adoptée. Des manifestations et des pétitions contre l’interdiction avaient eu lieu dans tout le pays, soutenues et signées également par des membres de l’Eglise catholique.
En effet, l’interdiction a surtout pénalisé des agriculteurs et commerçants musulmans et chrétiens ainsi que des milliers de familles et de petites entreprises qui basaient leur subsistance sur l’élevage et la vente de bétail. En outre, des éleveurs musulmans ont subi une violence croissante de la part de groupes de gardes privés qui ont commencé arbitrairement à prendre pour cibles ceux qui, selon eux, ne respectaient pas l’interdiction, arrivant à pratiquer des exécutions sommaires, pour l’heure demeurées impunies.
Parmi les nombreux épisodes, on se souviendra, le mois dernier du lynchage d’un musulman de 16 ans, Junaid Khan, qui voyageait dans un train de Mathura à Delhi, la foule l’accusant de porter avec lui des sacs remplis de viande de bœuf. Une forte protestation a éclaté dans différentes villes indiennes sous le slogan « Pas en mon nom ». Toujours en juin dernier, un commerçant musulman de 45 ans avait été tué par une foule de plus de cent personnes dans le quartier Ramgarh de Jharkhand parce que soupçonné de transporter de la viande dans sa voiture.
La suspension de l’interdiction est accueillie avec soulagement par la communauté musulmane présente en Inde ainsi que par les milliers de dalits auxquels souvent est confié l’abattage des animaux.
Une source de Fides en Inde remarque : « La décision constitue un temps d’arrêt pour le gouvernement nationaliste hindou, qui avait utilisé cette mesure d’interdiction pour complaire les sentiments religieux de ses électeurs ». Les vaches sont en effet considérées comme sacrées dans la religion hindoue. Après que l’entrée en fonctions du Premier Ministre Modi en 2014, de nombreux Etats indiens ont adopté des lois plus sévères en ce qui concerne l’abattage des vaches. (PA-PN) (Agence Fides 13/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
hindouisme


christianisme


islam


politique


minorités religieuses


liberté religieuse


liberté de conscience


droits fondamentaux