AMERIQUE/ETATS UNIS - Expulsion d’immigrés chaldéens bloquée pour deux semaines supplémentaires

mardi, 11 juillet 2017 migrants   eglises orientales   politique internationale  

Detroit Free Press

Detroit (Agence Fides) – Le rapatriement en Irak de chrétiens chaldéens et d’autres immigrés irakiens qui devrait avoir lieu sur la base des nouvelles disposition en matière d’immigration mises en place par l’administration Trump a été bloqué par un juge fédéral de Detroit jusqu’au 24 juillet prochain. C’est ce qu’indique la presse locale de la zone métropolitaine de Detroit, ajoutant que, dans tous les cas, des rumeurs alarmistes continuent à circuler au sein des communautés de la diaspora chaldéenne aux Etats-Unis concernant un possible durcissement de la position de l’agence fédérale de l’immigration (ICE) vis-à-vis de ces communautés. Les communautés d’immigrés irakiens de la zone de Detroit auraient été mises en alerte par leurs avocats.
La potentielle expulsion des Etats-Unis de 1.400 immigrés irakiens, qui pourraient être rapatriés en Irak sur la base des nouvelles normes en matière d’immigration prises par l’administration Trump, avait déjà été bloquée au travers d’un recours déposé devant la Cour fédérale de Detroit le 24 juin.
Parmi ces 1.400 irakiens potentiellement rapatriables, se trouvent en particulier une centaine de chaldéens, arrêtés dans la zone de Detroit par les fonctionnaires de l’ICE le 12 juin dernier. Il s’agit en majorité d’hommes résidant aux Etats-Unis depuis des décennies. L’opération fait suite à l’accord entre les Etats-Unis et l’Irak grâce auquel ce pays est sorti de la liste noire des pays à majorité musulmane dont les ressortissants se voient interdire l’entrée aux Etats-Unis en tant que potentiellement exportateurs de terroristes. Certains des chrétiens arrêtés avaient eu par le passé des problèmes avec la justice, élément qui justifie, selon les forces de police, la décision de les soumettre à une mesure de rapatriement forcé. Au cours de la journée du 22 juin, le juge de district Mark Goldsmith avait déjà suspendu pour une durée de 14 jours les procédures d’expulsion afin de vérifier la compétence de son tribunal sur le fond. Le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, était, lui aussi, intervenu à propos de cette affaire. Dans une lettre adressée à S.Exc. Mgr Frank Kalabat, titulaire de l’Eparchie de Saint Thomas, Apôtre, à Detroit, le Patriarche avait exprimé sa solidarité et sa proximité aux familles des irakiens frappés par les mesures d’expulsion et souhaité une solution adéquate concernant l’urgence humanitaire provoquée par les mesures d’éloignement s’adressant notamment à des pères de famille avec des enfants en bas âge.
Récemment, autour du problème de l’expulsion potentielle des chaldéens, les moyens de communication locaux de la zone de Detroit ont enregistré également la réaction de Justin Meram, un joueur de football américain renommé d’origine irakienne, fils de parents chaldéens provenant de la petite ville de Tel Kaif, sise dans la plaine de Ninive. Selon lui, « étant un américain chaldéen, un américain irakien, c’est une chose difficile à supporter ». Dans un entretien accordé à Detroit News, le sportif a souhaité une résolution du cas qui ne provoque pas de nouvelles souffrances et de nouvelles séparations familiales aux immigrés irakiens aux Etats-Unis. (GV) (Agence Fides 11/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network