AMERIQUE/CHILI - Pauvreté, discrimination et mariages d’enfants, quelques-unes des plaies de l’Amérique latine

mardi, 4 juillet 2017

Internet

Santiago du Chile (Agence Fides) – Le pourcentage d’adolescentes enceintes au Chili est plus élevé au sein de la population d’origine africaine et indigène. Le phénomène est encore aggravé par la composante ethnique et raciale. Les données en question ont été rendues publiques par les représentants de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL) au cours de la rencontre intitulée « Chaque femme, chaque enfant », organisée à Santiago dans le but de rechercher une stratégie globale sanitaire pour les femmes, les enfants et les jeunes latino-américains au titre de la période 2016-2030.
Selon les informations parvenues à Fides, en Amérique latine, quelques 75 millions de personnes sont actuellement indigentes et 185 millions d’autres vivent en conditions de pauvreté. Cette condition de précarité frappe en majorité des femmes, qui représentent 40% de la population la plus pauvre, en particulier parce qu’elles ne disposent pas d’un revenu propre. Parmi les enfants et les adolescents, 42,5% du total vivent dans des conditions de pauvreté et 20,8% dans des conditions de pauvreté extrême de leur naissance à l’âge de 14 ans.
Un autre facteur d’inégalité et de discrimination impliquant les femmes est représenté par la mortalité maternelle, qui concerne 529.000 femmes par an de par le monde dont 99% des cas concentrés dans les pays les plus pauvres, à cause de complications associées à la grossesse et à l’accouchement ainsi qu’à des violences internes à la famille ou de nature sociale. Le mariage infantile et précoce en Amérique latine et aux Caraïbes concerne 4% des femmes qui se marient avant 15 ans et un quart de la population, pour les mariages contractés avant l’âge de 18 ans. Les autorités locales sont également préoccupées par le travail des mineurs qui intéresse de nombreux mineurs au Brésil, au Mexique et au Pérou mais aussi en Haïti, en Bolivie et au Paraguay. Des politiques sanitaires universelles, se concentrant sur l’enfance, l’adolescence et sur les femmes sont nécessaires, tout comme des programmes nationaux d’éducation et des moyens permettant de surmonter la pauvreté. (AP) (Agence Fides 04/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network