AFRIQUE/SOUDAN DU SUD - Le drame des évacués, en grande partie mères et enfants, jeunes femmes souvent veuves

lundi, 3 juillet 2017

CUAMM

Nyal (Agence Fides) – « En avion de Juba, la capitale, jusqu’à Rumbek, dans l’ancien Etat des Lacs et de là en hélicoptère pendant 40 mn jusqu’à Nyal, dans le sud de l’ancien Etat d’Unité dans la mesure où s’y rendre en voiture est trop dangereux » : c’est ainsi que s’est poursuivi le voyage au Soudan du Sud du Père Dante Carraro, Directeur de Médecins avec l’Afrique-CUAMM, (voir Fides 27/06/2017). « Il s’agit de la zone de frontière entre les forces gouvernementales et les rebelles et la guérilla y est quotidienne » raconte le prêtre à Fides. « Sur place, vivent quelques 70.000 personnes très pauvres et sans assistance sanitaire. Au cours de ces deux dernières années, elles se sont réfugiées à Nyal pour échapper au drame de la guerre, fait d’affrontements et d’abus. Elles sont appelées personnes déplacées ou évacuées et sont en grande partie des mères et des enfants, des jeunes femmes, souvent veuves, qui ont subi des violences et des humiliations, avec 3 ou 4 enfants en bas âge. Elles vivent cachées dans les immenses marais qui côtoient le Nil, dans des baraques de fortune, couvertes de toiles blanches de nylon fournies par les organisations humanitaires.
« Certaines d’entre elles – poursuit le Père Carraro – nous les avons rencontrées après une heure de canoë. Il est dramatique de toucher du doigt la vie de ces jeunes mères pauvres : abandonnées, affamées et sans aucun soin sanitaire ». C’est là que le CUAMM, en compagnie du personnel local, se concentre actuellement, afin de garantir nourriture, vaccinations et médicaments essentiels. Il s’agit d’un important travail logistique et sanitaire parce que les zones en question sont véritablement difficiles, étant privées de routes et constituées seulement d’immenses marécages. (DC/AP) (Agence Fides 03/07/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network