VATICAN - Solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul : « Le Seigneur est toujours à nos côtés, Il ne nous abandonne jamais, en particulier au temps de l’épreuve »

vendredi, 30 juin 2017 françois   martyrs   prière   missionnaires  

Newsly

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Les Pères de l’Eglise aimaient comparer les Saints Apôtres Pierre et Paul à deux colonnes sur lesquelles pose la construction visible de l’Eglise. Tous deux ont scellé de leur sang le témoignage rendu au Christ au travers de la prédication et du service à la communauté chrétienne naissante ». C’est en ces termes que le Saint-Père François a introduit la prière mariale de l’Angelus en la Solennité des Saints Apôtres Pierre et Paul, le 29 juin. Aux fidèles rassemblés place Saint-Pierre, le Pape a rappelé les adversités rencontrées pour porter de l’avant leur mission évangélisatrice : « Ils furent envoyés par Jésus annoncer l’Evangile dans des milieux difficiles et, dans certains cas, hostiles. Tous deux, au travers de leurs parcours personnels et ecclésiaux, nous démontrent et nous affirment aujourd’hui que le Seigneur est toujours à nos côtés, qu’Il chemine avec nous, qu’Il ne nous abandonne jamais. En particulier au temps de l’épreuve, Dieu nous tend la main. Il vient à notre aide et nous libère des menaces de nos ennemis. Rappelons-nous cependant que notre véritable ennemi est le péché et le Diable qui nous pousse à le commettre. Lorsque nous nous réconcilions avec Dieu, en particulier dans le Sacrement de Pénitence, en recevant la grâce du pardon, nous sommes libérés des liens du mal et allégés du poids de nos erreurs. Ainsi, nous pouvons continuer notre parcours d’annonciateurs joyeux et de témoins de l’Evangile, en démontrant que nous avons, nous les premiers, obtenu miséricorde ».
Dans la matinée d’hier, le Pape a célébré la Messe sur la place Saint-Pierre en compagnie des Cardinaux, dont les cinq nommés dans le cadre du Consistoire de la veille (voir Fides 22/05/2017), de 36 Archevêques métropolitains nommés au cours de l’année auxquels il a remis le Pallium béni qui leur sera imposé par le Représentant pontifical dans leurs Sièges métropolitains respectifs, et de nombreux Evêques et prêtres du monde entier.
Dans son homélie, le Pape s’est attardé sur « trois mots essentiels pour la vie de l’apôtre : la confession, la persécution et la prière ». La confession est celle de Saint Pierre dans l’Evangile. A la question du Seigneur : « Pour vous, qui suis-je ? », Pierre répond : « Tu est le Christ, le Fils du Dieu vivant, le Seigneur de la vie – a déclaré le Pape François. Cette question vitale, Jésus nous l’adresse aujourd’hui, à nous tous et en particulier à nous Pasteurs. C’est la question décisive face à laquelle ne valent pas de réponses de circonstance parce que la vie même est en jeu. Il s’agit de la question de la vie et elle demande une réponse de vie… Demandons-nous si nous sommes des chrétiens de salon, qui discutons sur la manière dont vont les choses dans l’Eglise et dans le monde, ou bien des apôtres en chemin, qui confessent Jésus par leur vie parce qu’Il l’ont dans le cœur ».
Le deuxième mot est persécutions. « Non seulement Pierre et Paul ont versé leur sang pour le Christ mais l’ensemble de la communauté a été persécutée à ses débuts. Aujourd’hui encore, dans différentes parties du monde, parfois dans un climat de silence – et bien souvent de silence complice – de nombreux chrétiens sont marginalisés, calomniés, discriminés, font l’objet de violences, mêmes mortelles, souvent sans l’engagement nécessaire de ceux qui pourraient faire respecter leurs droits sacro-saints… Sans la croix, il n’est pas de Christ mais sans la croix il n’existe pas même de chrétien… Supporter le mal n’est pas seulement avoir de la patience et aller de l’avant de manière résignée. Supporter c’est imiter Jésus. C’est porter le poids, le porter sur les épaules pour Lui et pour les autres. C’est accepter la croix, en allant de l’avant avec confiance parce que nous ne sommes pas seuls : le Seigneur crucifié et ressuscité est avec nous ».
Le troisième mot est prière. « La vie de l’apôtre, qui jaillit de la confession et débouche sur l’offrande, s’écoule chaque jour dans la prière. La prière est l’eau indispensable qui nourrit l’espérance et fait grandir la confiance. La prière nous fait sentir aimés et nous permet d’aimer. Elle nous fait aller de l’avant dans les moments sombres parce qu’elle allume la lumière de Dieu. Dans l’Eglise, c’est la prière qui nous soutient tous et nous fait surmonter les épreuves… Une Eglise qui prie est protégée par le Seigneur et chemine en Sa compagnie. Prier, c’est Lui confier le chemin afin qu’Il en prenne soin. La prière est la force qui nous unit et nous soutient, le remède contre l’isolement et l’autosuffisance qui conduisent à la mort spirituelle. Parce que l’Esprit de vie ne souffle pas si nous ne prions pas et sans prière, les prisons intérieures qui nous retiennent prisonniers, ne s’ouvrent pas ». (SL) (Agence Fides 30/06/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network