AFRIQUE/RD CONGO - Appel des Evêques au respect intégral de l’Accord de la Saint Sylvestre

lundi, 26 juin 2017 evêques   politique   groupes armés  

Kinshasa (Agence Fides) – « L’Accord de la Saint Sylvestre est l’unique feuille de route, solidement fondé sur la Constitution de la République, dont il faut exiger le respect et la mise en application intégrale par les signataires » affirment les Evêques de République démocratique du Congo dans le Message publié au terme de leur Assemblée plénière.
« Les hommes politiques – dénonce le document parvenu à l’Agence Fides – multiplient les initiatives visant à vider l’accord de son contenu, hypothéquant ainsi la tenue d’élections libres, démocratiques et pacifiques ».
L’accord, signé le 31 décembre dernier, grâce à la médiation des Evêques, prévoit la formation d’un gouvernement d’union nationale chargé d’amener la RDC aux élections générales d’ici la fin de cette année. Le Président, Joseph Kabila, a cependant nommé un gouvernement qui n’intègre qu’une partie de l’opposition (voir Fides 10/05/2017).
L’impasse politique a actuellement des conséquences désastreuses sur l’économie nationale, dénoncent les Evêques : effondrement de la monnaie nationale et du taux de croissance du PIB, chômage et perte de pouvoir d’achat des familles. Les jeunes chômeurs viennent grossir les rangs des groupes armés, toujours plus nombreux, qui jettent de vastes zones du pays dans le chaos et l’insécurité. Au Grand Kasaï, la population et l’Eglise elle-même ont été durement frappées par les affrontements (voir Fides 20/06/2017). Selon les Evêques, 60.000 congolais ont été contraints à se réfugier en Angola pour fuit les violences au Grand Kasaï.
Les Evêques dénoncent par ailleurs la présence de groupes armés étrangers dans l’est du pays, « de rebelles de la LRA, de l’ADF NALU (formations d’origine rwandaises NDR), de combattants sud-soudanais et d’autres encore ».
Est signalée également la présence de « gardiens de troupeaux » étrangers dans diverses provinces, les Evêques se demandant si « ce phénomène ne fait pas partie d’un plan de balkanisation de la RDC ».
Les récentes évasions massives de bandits et de guérilleros des prisons de Kinshasa, Kasangulu, Kalemie et Beni, « demeurent pour nous de grands points d’interrogation » affirment les Evêques, laissant entendre que ces évasions visaient à jeter le pays dans le chaos.
« Ne cédons pas à la peur et au fatalisme et prenons la situation entre nos mains par des moyens pacifiques » invitent les Evêques, proposant en premier lieu d’exiger la pleine application des Accords de la Saint Sylvestre.
A l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance nationale, le 30 juin, la Conférence épiscopale invite par ailleurs les Paroisses congolaises et les personnes de bonne volonté à une journée de jeûne et de prière pour la Nation, lançant dans le même temps une initiative d’assistance humanitaire au profit des populations des zones de guerre. (L.M.) (Agence Fides 26/06/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network