AFRIQUE/CAMEROUN - Communiqué de la Conférence épiscopale à propos du meurtre de l’Evêque de Bafia

mercredi, 14 juin 2017 evêques   persécutions  

S.Exc. Mgr Jean Marie Benoît Bala

Yaoundé (Agence Fides) – « S.Exc. Mgr Jean Marie Benoît Bala ne s’est pas suicidé mais a été brutalement assassiné » affirme le communiqué de la Conférence épiscopale du Cameroun dédié à la mort de l’Evêque de Bafia dont le corps a été retrouvé le 2 juin dans les eaux du fleuve Sanaga.
L’Evêque avait été porté disparu au matin du 31 mars, lorsque sa voiture avait été retrouvée sur le Pont de l’Enfance. A bord, avait été retrouvé « un étrange message (…) à côté de sa carte d’identité et d’autres effets personnels » rappelle le message envoyé à l’Agence Fides.
Dans un premier temps, certains avaient avancé l’hypothèse que l’Evêque s’était suicidé et les autorités avaient envoyé des plongeurs pour sonder le fleuve à la recherche du corps. Le 2 juin, un pêcheur avait retrouvé la dépouille mortelle de Mgr Bala à quelques kilomètres du Pont de l’Enfance.
« Actuellement, le corps est à la disposition de l’autorité judiciaire pour la recherche des circonstances, des causes exactes et des auteurs de ce crime odieux et inacceptable. (…) Nous, Evêques du Cameroun, affirmons que Mgr Jean Marie Benoît Bala ne s’est pas suicidé mais qu’il a été brutalement assassiné. Voici un homicide de plus, un de trop » affirme le communiqué.
Les Evêques notent « le triste record de plusieurs prélats, membres du clergé et personnes consacrées qui ont été assassinées dans des circonstances jamais tirées au clair jusqu’à ce jour. En particulier, rappelons le cas de S.Exc. Mgr Yves Plumey, Archevêque émérite de Garoua – assassiné à Ngaoundéré en 1991 – du Père Joseph Mbassi – tué à Yaoundé en 1988 – du Père Antony Fontegh – mort à Kumbo en 1990 – des Sœurs de Djoum – assassinées en 1992 – et du Père Engelbert Mveng – tué à Yaoundé en 1995 – pour n’en citer que quelques-uns ».
« Nous avons l’impression que le clergé du Cameroun est particulièrement persécuté par des forces obscures et diaboliques » dénonce l’Episcopat camerounais.
Les Evêques demandent par suite que « soit faite complètement la lumière sur les circonstances et le mobile de l’homicide de Mgr Bala et que les coupables soient identifiés et remis à la justice pour être jugés conformément à la loi ».
Ils demandent en outre à l’Etat « d’assumer la noble mission de protéger la vie humaine », aux moyens de communication et à ceux qui utilisent les réseaux sociaux, de ne pas diffuser de mensonges et de respecter la dignité des êtres humains. Enfin, les Evêques adressent un message aux meurtriers de Mgr Bala « afin qu’ils entreprennent un parcours de conversion urgente et radicale ». (L.M.) (Agence Fides 14/06/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network