ASIE/IRAN - Réflexions du Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Iran après les attentats de Téhéran

jeudi, 8 juin 2017 terrorisme   géopolitique   eglises orientales   proche-orient   zones de crise  

IRNA

Téhéran (Agence Fides) – « En tant que prêtre assyro chaldéen catholique iranien, je suis attristé par de semblables actes inhumains, par ailleurs perpétrés par des personnes qui se présentent comme fidèles à Dieu et à l’islam et qui diffusent ainsi une fausse image de la foi et de la religion ». C’est en ces termes que le Père Hormoz Aslani Babroudi, du Diocèse d’Urmias et Salmas des Assyro chaldéens, Directeur national des Œuvres pontificales missionnaires en Iran, relate à l’Agence Fides les sentiments et les considérations que lui ont provoqué les attentats terroristes du 7 juin qui ont semé la mort et la dévastation à Téhéran. Les autorités iraniennes confirment qu’au cours de ces dernières heures, le nombre des victimes du double attentat a augmenté pour arriver à 17 morts. « Cependant, les auteurs des massacres – ajoute le prêtre – ne savent pas que ces actes ne parviendront pas à répandre la peur parmi le peuple ou à affaiblir l’Etat. Nombreux sont ceux qui ont cherché à le faire avant eux sans y parvenir et cela ne réussira ni cette fois, ni à l’avenir dans la mesure où le peuple iranien, musulmans et chrétiens, restera toujours uni. Il sera même rendu encore plus fort dans l’unité afin de défendre les principes de sa foi et de son pays bien-aimé ».
En tant que prêtre, le Père Hormoz Aslani Babroudi se déclare « proche des familles des victimes. Je prierai pour l’âme de ceux qui ont perdu la vie, pour le réconfort des membres de leurs familles ainsi que pour tous les blessés. Que Dieu leur accorde la guérison au plus vite ».
Le 7 juin, dans le cadre du double attentat terroriste revendiqué par le prétendu « Etat islamique », des hommes armés sont entrés au parlement alors qu’un autre commando ouvrait le feu sur les pèlerins au mausolée de l'Ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique. Les autorités iraniennes affirment avoir déjoué une troisième attaque et qu’au moins cinq des auteurs des attentats auraient par le passé fait partie des milices du prétendu « Etat islamique » actives à Mossoul et à Raqqa. Aux 17 morts, viennent s’ajouter une cinquantaine de blessés dont six sont encore dans un état grave, hospitalisés en soins intensifs.
Au cours de ces dernières heures, le Ministre des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a qualifié de répugnantes les condoléances adressées par le Président américain, Donald Trump, aux familles des victimes des attentats de Téhéran. Donald Trump avait déclaré avoir prié pour les morts ajoutant toutefois que « les Etats qui sponsorisent le terrorisme risquent d’être victimes du mal qu’ils soutiennent ». (GV) (Agence Fides 08/06/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
terrorisme


géopolitique


eglises orientales


proche-orient


zones de crise