ASIE/IRAQ - Les chrétiens à l’épreuve du référendum sur le Kurdistan irakien

jeudi, 8 juin 2017 réfugiés   géopolitique   eglises orientales  

Ankawa.com

Erbil (Agence Fides) – Le 25 septembre prochain, les habitants de la Région autonome du Kurdistan irakien seront appelés à s’exprimer sur la proclamation de l’indépendance de l’Irak de cette région. La décision, destinée à provoquer la réaction négative du gouvernement de Bagdad, a été prise hier soir, 7 juin, dans le cadre d’un sommet entre le Président de la Région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, et les membres du gouvernement local.
La perspective d’une sécession unilatérale du Kurdistan irakien et sa transformation en entité étatique indépendante concerne également les communautés chrétiennes de la région. L’annonce du référendum de septembre a déjà provoqué la réaction des dirigeants du Parti des « Fils de la Mésopotamie », formation politique animée par des militants chrétiens assyriens, qui considèrent inapproprié et insuffisant le recours au référendum pour imposer un changement politique institutionnel qui devrait être suivi par des processus plus longs, en concordant les passages également avec les autorités de Bagdad et les organismes politiques supranationaux. Les responsables du Parti assyrien – qui compte un seul représentant au Parlement irakien et un autre au sein de celui de la Région autonome du Kurdistan irakien – font remarquer qu’après les déportations et les souffrances subies par les populations du nord de l’Irak, toute initiative politique pouvant provoquer de nouvelles lacérations apparaît inappropriée alors qu’il est nécessaire de favoriser en priorité le retour chez eux des évacués – dont des dizaines de milliers de chrétiens – qui avaient dû fuir leurs terres devant l’avancée des djihadistes du prétendu « Etat islamique » et avaient en grande partie trouvé refuge précisément dans la Région autonome du Kurdistan irakien. Toujours le 7 juin, avant l’annonce du référendum, une réunion des Evêques chaldéens tenue à Erbil sous la présidence du Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, avait réitéré l’invitation faite à tous les chrétiens de surmonter les divisions confessionnelles dans le domaine politique en se présentant de manière unitaire en tant que « composante chrétienne » dans le cadre des contacts et des rapports avec les forces et les institutions politiques.
Le projet de référendum visant à sanctionner la pleine indépendance de l’actuelle Région autonome du Kurdistan irakien était depuis longtemps envisagé par les autorités politiques de la Région. Voici près d’un an (voir Fides 19/07/2016), le Président de la Région autonome du Kurdistan irakien, Massoud Barzani, en avait parlé lors d’une réunion tenue à Erbil avec les représentants des partis et mouvements politiques formés par des responsables et militants chrétiens opérant sur zone. Lors de la réunion en question, avait émergé clairement l’intention du Président Barzani d’impliquer ces formations politiques dans l’élaboration d’un plan préliminaire concernant l’organisation politique future de la Région, avant la reconquête de Mossoul et la libération des terres à cette époque contrôlées par le prétendu « Etat islamique ». L’hypothèse prise en considération lors de ces colloques était celle de faire de la zone contiguë à la plaine de Ninive une « province autonome à majorité chrétienne » et de permettre ensuite aux habitants de la province en question de choisir, par le biais du référendum, leur rattachement politique au gouvernement d’un Kurdistan irakien indépendant ou à celui de Bagdad. (GV) (Agence Fides 08/06/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network