VATICAN - Discours du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples à l’Assemblée des Œuvres pontificales missionnaires

mardi, 30 mai 2017 filoni   oeuvres pontificales missionnaires   animation missionnaire  

Rome (Agence Fides) – « Personne n’envoie en mission si ce n’est Dieu seul, en nous impliquant dans la Pâque de Son Fils. Personne ne reçoit la mission sinon ceux qui, dans la foi, découvrent être eux-mêmes invités, impliqués dans l’amour miséricordieux qui sauve et transforme. Le dépassement de la distinction géographique entre Eglises qui envoient et Eglises qui reçoivent requiert par conséquent le dépassement de la distinction inadéquate entre action pastorale et mission ». C’est ce qu’a souligné S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, dans le discours qu’il a prononcé hier après-midi devant les participants à l’Assemblée générale des Œuvres pontificales missionnaires (OPM) actuellement en cours à Rome (voir Fides 26/05/2017).
Le Préfet du Dicastère missionnaire a réaffirmé : « Aucune communauté chrétienne n’est constituée définitivement. Aucune Eglise locale n’est jamais parfaitement établie. L’Evangile n’est jamais complètement annoncé. Nos cœurs ne seront jamais pleinement convertis et sauvés sinon dans la plénitude de la Résurrection. La mission est donc le cœur de la foi parce que le mouvement de l’Amour rédempteur de Dieu n’a pas de fin. Chaque Eglise a toujours besoin de se renouveler, de rajeunir son cœur, parce que chacun de ses fils aura toujours besoin de se convertir et chacune de ses filles besoin de rédemption ».
A la lumière de l’exhortation du Pape François aux Œuvres pontificales missionnaires afin qu’elles « ravivent l’ardeur et la passion des saints et des martyrs, sans laquelle nous nous réduirions à être une ONG de collecte et de distribution d’aides matérielles et de subsides », le Cardinal Filoni a proposé un certain nombre de considérations.
En premier lieu, le fait que « le témoignage personnel demeure fondamental pour la mission. Si la foi consiste dans la rencontre personnelle avec le Christ, la rencontre vivante avec des témoins du Christ est cruciale pour la mission… L’activité d’animation missionnaire doit faciliter la connaissance, la rencontre et l’implication vocationnelle avec ces témoins de la mission ».
Le centenaire de la Lettre apostolique Maximum Illud de S.S. le Pape Benoît XV, publiée le 30 novembre 1919, sera l’occasion non seulement de commémorer ce texte du Magistère papal, « si crucial pour la missionnarité de toute l’Eglise mais surtout de raviver en tous une véritable conversion missionnaire et un authentique discernement pastoral afin que tous, fidèles et pasteurs, vivent en état de mission permanente ». Dès lors, le mois d’octobre 2019 sera « pour toute l’Eglise, un Mois extraordinaire, dédié à la prière, à la charité, à la catéchèse et à la réflexion théologique sur la Mission ».
Le Préfet du Dicastère missionnaire a poursuivi : « Les nouvelles circonstances ecclésiales et culturelles nous demandent de repenser les modalités d’action et de travail des quatre Œuvres pontificales missionnaires afin que les Eglises soient placées en constant mouvement de mission. Il faudrait trouver des modalités afin que les projets et les demandes d’aide économique puissent être évalués également en ce qui concerne leur capacité à mettre les Eglises demandeuses et les Eglises donatrices en état de mission permanente ».
Dans ce contexte, le Cardinal Filoni a invité à aider « les Eglises de nos territoires missionnaires économiquement plus autosuffisants à offrir une partie de leurs subsides pour soutenir des Eglises locales plus nécessiteuses », réaffirmant que « la véritable finalité doit toujours être l’annonce de l’Evangile ». Il a ensuite exhorté à « grandir dans l’esprit ecclésial inclusif de l’unique mission. Les OPM au travers de leurs Directions nationales, de leurs Secrétariats internationaux, de leurs fondations, servent toutes et ensemble la seule sollicitude missionnaire du Pape qui, en tant que Pasteur universel, s’intéresse et se préoccupe des Eglises grâce aux aides provenant des chrétiens répandus de par le monde. Tous donnent afin que tous puissent universellement recevoir ».
Alors que se poursuit le travail en vue de la constitution d’un pole technologique numérique unique d’information des Œuvres pontificales missionnaires, comprenant l’Agence Fides, la revue Omnis Terra et le portail des OPM, qui « doivent devenir toujours plus intégrés au sein d’un unique service diversifié d’information numérique », se poursuit également le chemin de réforme du Secrétariat international de l’Union pontificale missionnaire (UPM) et du CIAM (Centre international d’animation missionnaire) « dans la ligne du service de la formation permanente à la mission des Eglises locales appelées à ouvrir toujours davantage leurs propres besoins de formation à l’universalité catholique ». « En se réformant par l’écoute et la collaboration avec les Eglises locales, l’UPM, cœur pensant des OPM, pourra offrir un stimulus de renouvellement à toutes les autres OPM » a souligné le Cardinal, citant en particulier l’Œuvre pontificale de l’Enfance missionnaire, qui « pourrait redécouvrir, en collaborant avec l’UPM, un service de formation en faveur et en union avec les Eglises locales, sur des thèmes liés à l’enfance tels que par exemple la famille, la maternité et la paternité, la vie humaine, l’éducation et l’école, les jeunes ». En suivant les indications du Pape François, particulièrement sensible à la protection de l’enfance, « il faut être très actifs, en particulier au travers de l’éducation des parents, des formateurs, des Curés etc. ». (SL) (Agence Fides 30/05/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network