EUROPE/CONFEDERATION HELVETIQUE - Scalabrini-Fest 2017, entre formation et rencontre pour un changement de regard sur les migrations

jeudi, 4 mai 2017

MSS

Soleure (Agence Fides) – Dans de nombreuses zones du monde, des murs sont construits contre les migrants et les réfugiés et nombreux sont ceux qui perdent la vie aux frontières des pays qui pourraient les accueillir. Cependant, la communauté internationale reconnaît toujours davantage l’apport que les migrations apportent au développement tant des communautés de départ que de celles d’arrivée. Dans ce contexte, a été célébrée du 28 au 30 avril, au Centre international de formation G.B. Scalabrini, siège central des Missionnaires séculières scalabriniennes de Soleure, le Scalabrini-Fest de printemps. A cet événement, qui avait pour titre « Gens qui vont… ouvrez la route. Vers un développement durable et intégral pour tous », ont participé quelques 340 personnes originaires de 39 pays.
Ainsi que l’indique à l’Agence Fides Luisa Deponti, le forum qui a eu lieu au cours du Scalabrini-Fest a offert un espace à des voix et des perspectives différentes. Johan Ketelers, de 2004 à 2016 Secrétaire général de l’International Catholic Migration Commission (ICMC) ayant son siège à Genève, a considéré l’horizon mondial avec ses lumières et ses ombres, mettant en évidence que « le développement consiste en un processus en cours qui implique toute l’humanité. Il est nécessaire d’élaborer des politiques migratoires efficaces. L’émigration doit devenir un choix et non pas une constriction, un processus de vie, de dignité humaine et de croissance qui contribue au développement. Il s’agit d’une responsabilité partagée qui comprend toutes les nations, les populations locales et les migrants eux-mêmes. Nous ne pouvons pas considérer les migrations seulement comme les symptômes d’une crise mais comme une opportunité ».
Karin et Serge Agbodjan-Prince, respectivement autrichienne et togolais, mariés et parents de trois enfants, ont présenté leur expérience de vie : l’aspect de la croissance de la personne et de ses relations à l’intérieur de leur famille et dans les divers milieux culturels dans lesquels ils ont vécu en Europe et en Afrique. La rencontre avec la diversité est pour eux une grande possibilité de croissance personnelle mais n’est cependant pas restée entre leurs quatre murs. La troisième intervention au forum a été celle d’une missionnaire séculière scalabrinienne, Agnese Varsalona, théologienne, laquelle a souligné que « les migrants et les réfugiés qui ont tout laissé derrière eux ramènent l’attention sur ce qui est le plus important dans la vie de toute personne, à savoir les relations avec les autres, la véritable patrie dans laquelle nous pouvons nous retrouver partout ». Le développement authentique est donc un processus d’humanisation qui trouve sa voie et son but dans le Christ Jésus, qui a vécu pleinement l’humanité selon le projet du Père.
Le thème a été encore approfondi au sein des groupes d’échange, des séminaires et au travers de la célébration du Saint Sacrifice de la Messe, mais aussi par le biais d’un concert de jeunes artistes de différents pays et d’un pèlerinage au sanctuaire d’Einsiedeln. (LD/SL) (Agence Fides 04/05/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network