AFRIQUE/COTE D’IVOIRE - Irruption d’un ancien combattant armé dans la Cathédrale de Bouaké

samedi, 8 avril 2017 evêques   violence  

Abidjan (Agence Fides) – Un ancien combattant démobilisé a fait irruption dans la Cathédrale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Bouaké, dans le centre de la Côte-d’Ivoire, menaçant un prêtre qui prêtait service dans le lieu de culte.
Le prêtre en question, le Père Victorien, est parvenu à s’enfermer dans un bureau mais l’homme a cherché à y pénétrer en ouvrant le feu contre la porte. Grâce à l’arrivée des gendarmes, le forcené a été immobilisé et capturé.
Le fait a eu lieu le 6 avril en fin de matinée lorsque l’homme a fait irruption dans la Cathédrale en brandissant une arme à feu et réclamant une partie des 12 millions de Francs CFA confiés à l’Archevêque de Bouaké, S.Exc. Mgr Paul Siméon Ahouana Djro, en sa qualité de Président de la CONARIV, (Commission nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes des Crises Survenues en Côte-d’Ivoire). Cet organisme a remplacé en 2015 l’ancienne Commission pour le Dialogue, la Vérité et la Réconciliation qui avait été critiquée pour ses dépenses excessives et son absence de résultats. La CONARIV est chargée d’achever le travail de la précédente Commission et d’indemniser les victimes de la guerre civile s’étant déroulé de 2002 à 2011.
La guerre a laissée derrière elle un grand nombre d’anciens combattants démobilisés qui ont du mal à se réinsérer dans la vie civile. D’autres ont en revanche été recrutés dans les forces armées. Au cours de ces derniers mois cependant, différentes unités militaires se sont mutinées pour demander une augmentation des soldes (voir Fides 19/01/2017), alimentant un sens de précarité présent dans le pays, au point qu’en janvier les Evêques ont dénonce « un climat délétère qui risque de compromettre les conquêtes réalisées » (voir Fides 24/01/2017). (L.M.) (Agence Fides 08/04/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network