AMERIQUE/PARAGUAY - L’Eglise favorable à l’abandon de l’hypothèse de réélection du Chef de l’Etat dans le cadre du processus de dialogue

jeudi, 6 avril 2017
L’Eglise favorable à l’abandon de l’hypothèse de r

L’Eglise favorable à l’abandon de l’hypothèse de réélection du Chef de l’Etat dans le cadre du processus de dialogue

San Pedro de Ycuamandiyú (Agence Fides) – L’Evêque de San Pedro, S.Exc. Mgr Pierre Laurent Jubinville, C.S.Sp. a indiqué que le Conseil permanent de la Conférence épiscopale du Paraguay (CEP) a prévu la possibilité que quelqu’un quitte les négociations convoquées par le Président Horacio Cartes. Toutefois, il a souligné qu’il ne faut pas confondre le processus de dialogue, qui est beaucoup plus complexe, avec cette rencontre.
La situation est encore tendue après les protestations populaires violentes contre la révision constitutionnelle qui ouvrirait la voie à la réélection de l’actuel Chef de l’Etat, Horactio Cartes (voir Fides 29/03/2017), lequel a proposé de rencontrer différents groupes institutionnels, dont les Evêques, pour résoudre la situation (voir Fides 04/04/2017).
« Il est clair qu’il n’est pas possible d’avoir une absence d’interlocuteur autour de la table ou des personnes n’ayant rien à dire – réaffirme Mgr Jubinville dans la note parvenue à Fides. Il faut alors trouver une autre stratégie. Nous nous sommes engagés dans un processus de dialogue et ceci est beaucoup plus qu’une simple rencontre. Nous devrions tirer partie de notre autorité morale pour convoquer et faire voir aux personnes convoquées qu’il est possible de parvenir à un résultat ».
Mgr Jubinville rappelle que la position de l’Eglise en ce qui concerne la révision constitutionnelle a toujours été celle de l’abandon du projet, et ce depuis l’an dernier, mais « il semble que la requête de l’Eglise n’ait pas été écoutée » a-t-il conclu.
Hier, le premier Vice-président de la Chambre des Députés du Paraguay, Amado Florentín, a ouvert la session parlementaire en demandant au pays de « ne pas revenir à la dictature » après la manifestation contre la réélection présidentielle qui a causé la mort d’un jeune activiste et divers blessés (voir Fides 01/04/2017). (CE) (Agence Fides 06/04/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network