AMERIQUE/VENEZUELA - Appel urgent de la Conférence épiscopale à « prendre conscience et à agir pacifiquement mais avec décision »

samedi, 1 avril 2017
Appel urgent de la Conférence épiscopale à « prend

Appel urgent de la Conférence épiscopale à « prendre conscience et à agir pacifiquement mais avec décision »

Caracas (Agence Fides) – Après les derniers événements au cours desquels la Cour suprême a voté pour priver le Parlement de toute fonction, alors qu’il est en grande majorité aux mains de l’opposition, provoquant de ce fait des contestations nationales et internationales (voir Fides 31/03/2017), la Conférence épiscopale vénézuélienne (CEV) a publié un communiqué, parvenu à Fides, dans lequel elle exprime sa position. « Il s’agit d’une nouvelle crise nationale extrêmement grave, qui endommage la démocratie et la coexistence entre vénézuéliens. Il existe une distorsion dans l’exercice du pouvoir au Venezuela… L’élimination de l’Assemblée nationale, supplantée par une représentation du pouvoir judiciaire et exécutif, constitue une ignorance absolue du fait que la souveraineté réside dans le peuple ».
La CEV lance un avertissement sur ce qui pourrait arriver : « Ceci ouvre la porte à l’arbitraire, à la corruption et à la persécution. Il s’agit d’un précipice en direction de la dictature et, comme toujours, ce sont les plus faibles et les plus pauvres de la société qui sont les plus touchés… Cette distorsion est moralement inacceptable ».
Le texte dur des Evêques souligne le devoir des institutions civiles : « Il s’agit d’une responsabilité inéluctable, parce que, face au mal, il n’est pas possible de demeurer simples spectateurs… Il s’agit d’un appel urgent à prendre conscience et à agir pacifiquement mais avec décision contre l’attaque du pouvoir… Nous devons défendre nos droits et ceux des autres ».
Les Evêques concluent : « C’est le moment de se demander très sérieusement et de manière responsable si par exemple la désobéissance civile et les manifestations pacifiques ne sont pas valides et opportunes ».
En ces heures, la tension monte dans tout le pays, L’opposition a parlé de « coup d’Etat dans les règles », appelant les citoyens à descendre dans la rue aujourd’hui, 1er avril, lançant également un appel aux forces armées afin qu’elles appuient le Parlement. Hier, un groupe de députés de l’opposition et de manifestants a été agressé par des membres de la Garde nationale alors qu’il tentait de s’approcher du siège de la Cour Suprême. Selon les dernières nouvelles d’agence, le Président du Venezuela, Nicolas Maduro, a demandé à la Cour Suprême de revoir sa décision portant révocation des pouvoirs du Parlement. (CE) (Agence Fides 01/04/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network