AFRIQUE/RD CONGO - Commentaires de l’Archevêque de Kisangani à la reprise des colloques entre majorité et opposition

vendredi, 17 mars 2017 evêques   elections  

Kinshasa (Agence Fides) – « Il est curieux et inadmissible de voir que les travaux de l’arrangement particulier prennent plus de temps que ceux consacrés à l’élaboration et à l’adoption de l’accord proprement dit – a affirmé S.Exc. Mgr Marcel Utembi Tapa, Archevêque de Kisangani et Président de la Conférence épiscopale de la République démocratique du Congo (CENCO lors de la reprise des colloques entre majorité et opposition pour l’application des accords de la Saint Sylvestre (voir Fides 16/03/2017). « Il n’est pas normal que les négociateurs s’enlisent sur des questions du partage du pouvoir, oubliant que la finalité principale de l’accord consiste en l’organisation des élections dans le délai » a rappelé Mgr Utembi Tapa. « Le peuple congolais est à bout de patience. Les congolais qui tiennent à élire leurs dirigeants de manière démocratique nous obligent à aller vite à l’essentiel » a ajouté le Président de la CENCO qui assure la médiation entre les parties.
Majorité et opposition se disputent les portefeuilles ministériels du gouvernement d’union nationale qui, comme prévu par les accords du 31 décembre dernier, devra organiser les élections présidentielles d’ici la fin de cette année.
Cette même opposition est divisée en son sein parce que – souligne une note envoyée à l’Agence Fides par le Réseau Paix pour le Congo – « le Rassemblement de l’opposition (RASSOP) peine à se donner une nouvelle direction ».
Jusqu’à présent, le RASSOP était pratiquement coordonné par un organe unique, le Comité des Sages dont le défunt Etienne Tshisekedi était président. Au cours de ces derniers jours, le RASSOP a reformulé sa structure interne, introduisant quatre organes de gouvernement : la Présidence politique, le Conseil des Sages, la Coordination des actions et le Conseil disciplinaire.
Une seconde étape a été celle la désignation de Félix Tshisekedi (UDPS) et de Pierre Lumbi (G7), respectivement au poste de Président du Rassemblement de l’opposition et de Président du Conseil des Sages. Leur nomination n’a cependant pas été unanime, causant des mécontentements, suivis par des expulsions mais également par différents revirements ayant permis de sauvegarder l’unité du RASSOP lui-même.
« Il est souhaitable que le RASSOP puisse résoudre au plus vite cette question interne relative à sa direction pour permettre la poursuite du dialogue avec les autres forces politiques du pays en vue d’une rapide conclusion des négociations relatives aux dispositions pratiques à adopter pour appliquer l’accord du 31 décembre » conclut la note. (L.M.) (Agence Fides 17/03/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network