ASIE/INDONESIE - Jeunes de toutes les religions unis contre toute forme de racisme et d’intolérance

jeudi, 9 mars 2017 jeunes   dialogue   intolérance   société civile   droits fondamentaux   minorités religieuses   extrémisme   paix  

Une des exhibitions de danse de l'événement

Semarang (Agence Fides) – Plus de 3.000 jeunes de différentes communautés religieuses se sont réunis à Semarang, capitale de la province de Java centrale, pour participer à une rencontre interreligieuse, s’engageant ensemble à « développer une attitude inclusive et à lutter contre toute forme de radicalisme et d’intolérance au sein de la société indonésienne ». Ainsi que l’a appris Fides, la rencontre a été organisée le 5 mars dernier par la Commission pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses de l’Archidiocèse de Semarang et par cinq Universités – une Université catholique, une publique et trois islamiques. Ont pris part à l’événement de jeunes indonésiens issus de 71 communautés différentes, dans une pluralité qui a donné son sens à l’assemblée. La rencontre a été présidée par Lukas Awi Tristanto, Secrétaire de la Commission pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses de l’Archidiocèse de Semarang, et a vu la participation du maire de Semarang, Hendrar Prihadi, lequel a déclaré : « Que ceux qui ne sont pas disposés à accepter la diversité quittent l’Indonésie ! ».
Interpellé par Fides, Lukas Awi Tristanto a déclaré que l’événement interreligieux avait pour but principal de « construire une vraie fraternité et de refuser l’intolérance ». « Faire partie d’une communauté religieuse en Indonésie signifie professer sa foi de manière pacifique à côté d’autres personnes qui professent des religions différentes » a-t-il dit.
Les jeunes présents se sont engagés à « aimer et à créer l’harmonie dans la diversité afin de réaliser la civilisation de l’amour en vue d’une société prospère, digne, quelque soit l’arrière-plan religieux ».
Outre à l’intention de continuer à construire la fraternité et une véritable amitié, la déclaration finale de la rencontre indique « soutenir le Pancasila, la Constitution de 1945, l’Etat unitaire de la République d’Indonésie et le principe de l’unité dans la diversité au sein de la vie publique de la nation ».
A la rencontre, ont participé des responsables religieux qui ont offert une réflexion, à savoir le Père Aloys Budi Purnomo, le pasteur protestant Tjahjadi Nugroho, K.H. Ubaidullah Achmad, de religion musulmane, Pandita Aggadhammo Warto de religion bouddhiste, Andi Tjiok, confucianiste, Nengah Wirta Darmayana, hindou et Sumarwanto, représentant les cultes indigènes.
Le bouddhiste Pandita Aggadhammo Warto a demandé aux jeunes de considérer les différences comme une chose positive pour le développement de l’Indonésie, alors que l’hindouiste Nengah Wirta Darmayana a déclaré que « l’unité de l’Indonésie se réalise lorsque la population indonésienne nourrit un respect réciproque ». Selon le musulman K.H. Ubaidullah Achmad, « une religion qui ignore la diversité n’est pas une véritable religion ». De son côté, le confucianiste Andi Tjiok a demandé aux jeunes de « remercier Dieu et de prier afin que l’Indonésie puisse survivre au radicalisme, au terrorisme et à l’intolérance ». De son côté, Sumarwato estime que les personnes intolérantes « sont celles qui n’ont pas compris l’essence de la divinité universelle ». Le Père Purnomo a souligné quant à lui la nécessité de « construire une vraie fraternité et une société où il soit possible de vivre le bien-être, la dignité et la paix, indépendamment de la foi de chacun ».
Symboliquement, les jeunes participants ont également réalisé des exhibitions de musiques et de danses des différentes traditions religieuses et participé au don du sang au cours de l’événement. (PP-PA) (Agence Fides 09/03/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
jeunes


dialogue


intolérance


société civile


droits fondamentaux


minorités religieuses


extrémisme


paix