AMERIQUE/VENEZUELA - Déclarations de l’Archevêque de Ciudad Bolivar sur la crise alimentaire

mardi, 7 mars 2017
Personnes fouillant dans les ordures à la recherch

Personnes fouillant dans les ordures à la recherche de nourriture

Ciudad Bolivar (Agence Fides) – L'Archevêque de Ciudad Bolivar, S.Exc. Mgr Ulises Antonio Gutiérrez Reyes, O. de M., s’est plaint du fait que, chaque jour, toujours plus de personnes fouillent les ordures à la recherche de nourriture parce qu’ils n’ont rien à mettre sur leur table.
« Il n’est pas question ici de sans-abri ou de mendiants mais de femmes, d’hommes et d’enfants qui fouillent les ordures à la recherche de nourriture » a déclaré Mgr Gutierrez à la presse locale.
L’Archevêque a spécifié qu’il ne s’agit pas de la situation de quelques-uns mais que ce sont des centaines de familles de Ciudad Bolivar qui n’ont rien à manger. Les bas salaires et les forts coûts de la nourriture ne permettent pas aux familles de manger régulièrement comme cela devrait être le cas.
« Récemment, j’ai rencontré un homme qui cherchait de la nourriture dans les ordures et en discutant avec lui, il m’a déclaré qu’il travaillait mais que son salaire ne lui permettait pas de nourrir ses enfants et qu’il devait chercher dans les poubelles » a rappelé Mgr Gutierrez, observant en outre combien a augmenté le nombre des personnes qui mendient dans les rues.
« A l’Archevêché, arrivent chaque jour de très nombreuses personnes à la recherche de nourriture et de médicaments » a raconté l’Archevêque. « Désormais, l’Archevêché est devenu un lieu d’échange et de distribution de médicaments. Par le biais de Caritas Venezuela, il a été possible de faire face jusqu’à présent au manque de remèdes sanitaires « mais les personnes à la recherche de médicaments sont toujours plus nombreuses et il est douloureux de dire que nous n’en avons pas ».
Le gouvernement ne veut pas voir cette situation, a déclaré l’Archevêque, alors que la communauté catholique a lancé, le Mercredi des Cendres, la Campagne « Partager » destinée à porter des aliments aux plus pauvres dans les Paroisses. « Dans l’une de nos Paroisses, sont distribués jusqu’à 600 repas par jour ».
En conclusion, Mgr Gutierrez a indiqué que le peuple vénézuélien ne mérite pas de vivre ainsi, le pays étant riche en ressources. « Je crois que ce gouvernement administre très mal les ressources et les richesses du pays » a-t-il commenté. (CE) (Agence Fides 07/03/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network