ASIE/LIBAN - Prise de position contre la corruption du Patriarche d’Antioche des Maronites

mardi, 7 mars 2017 proche-orient   eglises orientales   corruption   politique  

bkirki.org

Bkerkè (Agence Fides) – « La corruption, le féodalisme politique qui anéantit la justice et le droit, et les intérêts privés, sectaires ou confessionnels qui font obstacle à la bonne marche des institutions publiques, à commencer par les organismes de contrôle, représentent une lèpre sociale mortelle ». C’est ce qu’a déclaré le Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai, au cours de l’homélie donnée Dimanche dernier au siège patriarcal de Bkerkè, se référant clairement à la société politique et sociale du Liban. En s’appuyant sur l’épisode évangélique de la guérison du lépreux, le Patriarche a déploré entre autre le vol et le gaspillage des fonds de l’Etats et des deniers publics, la pratique endémique des pots-de-vin et l’imposition de tributs qui minent également « la volonté d’investir et de financer des projets de développement dans la région ». Parmi les autres plaies nationales énumérées par le Cardinal au cours de la Messe dominicale – célébrée en présence du Nonce apostolique au Liban, S.Exc. Mgr Gabriele Caccia – se trouvent également le retard dans l’approbation du budget et les obstructionnismes qui empêchent l’approbation d’une nouvelle loi électorale ainsi que la négligence en ce qui concerne le problème de la gestion des déchets. « Tous ces facteurs et la praxis d’une politique qui ignore le bien du pays - a remarqué le Cardinal – représentent une plaie mortelle ». (GV) (Agence Fides 07/03/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network