AFRIQUE/RD CONGO - Fiche : les zones de crise mises en évidence par les Evêques

mardi, 28 février 2017

Kinshasa (Agence Fides) – « Nous sommes profondément attristés par la multiplication des foyers d’insécurité et de violence qui se génèrent dans la presque totalité du territoire national et font penser à une balkanisation de la République démocratique du Congo » affirment les Evêques congolais dans le message envoyé à l’Agence Fides.
Les Evêques citent les zones de crise suivantes :
1) Le Nord- Kivu, affligé par des massacres à répétition parmi les populations civiles, attribués à de présumés rebelles de l’ADF/NALU au sein du territoire de Beni et par des attaques de groupes ethniques au sein des territoires de Lubero et de Rutshuru. Le retour des anciens rebelles du M23 est par ailleurs source d’inquiétude ;
2) Le Tanganyika, marqué par les affrontements sanglants entre Bantous et Batwas (pygmées) avec comme conséquence des évacuations forcées des populations et un abandon des cultures ;
3) Le Kasaï, Kasaï Central et Kasaï Oriental, bouleversés par des incursions continuelles de milices fidèles au défunt chef traditionnel Kamwina Nsapu (voir 27/02/2017) ;
4) Le Congo Central, touché par le phénomène mystique et politique Bundu dia Mayala s’accompagnant d’affrontements mortels ;
5) La capitale Kinshasa, secouée par des actes de vandalisme et des meurtres au cours de manifestations.
L’Eglise a, elle aussi, subi des actes de vandalisme depuis le début de cette année. Ont ainsi été saccagés le Grand Séminaire de Malole à Kananga et les Paroisses Saint Dominique de Kinshasa-Limete, Saint Kizito et Saint Martin à Lubumbashi, du Bon Pasteur à Boma, Sainte Marie de Lukalaba à Mbujimayi dans le Diocèse de Luiza, Saint Matthias à Mubinza, Saint Jean à Yangala, Sainte Thérèse à Dibandisha et Saint Boniface à Ngwema. (L.M.) (Agence Fides 28/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network