AFRIQUE/RD CONGO - Condamnation unanime de la part de la Nonciature apostolique, de la Conférence épiscopale locale et de la MONUSCO après les nouvelles profanations d’églises et de couvents

vendredi, 24 février 2017

Kinshasa (Agence Fides) – Les profanations d’églises catholiques se poursuivent en République démocratique du Congo, après les attaques contre la Paroisse Saint Dominique de Limete, au sein de la capitale, Kinshasa, le 19 février, et du Grand Séminaire de Malole de Kananga, au Kasaï central la veille (voir Fides 21/02/2017).
Selon des nouvelles parvenues à l’Agence Fides, dans la nuit du 21 au 22 février, des inconnus ont attaqué et vandalisé la Paroisse Sainte Marie de Lukalaba, au Kasaï oriental, alors qu’un autre groupe a tenté de mettre à sac les Paroisses Saint Robert Kansele et Saint Albert le Grand de Mbuji-Mayi, mais leur action violente a été interrompue par l’arrivée de la police. A Lubumbashi au Haut Katanga, la Partisse Saint Kizito a été prise d’assaut par un certain nombre d’inconnus qui ont tenté d’incendier l’entrée de l’église à l’aide de bidons d’essence et de pneumatiques, brisant ensuite les vitres du lieu de culte et de l’école adjacente, qui a, elle aussi, été saccagée. La même chose a eu lieu dans la Paroisse Saint Jean Baptiste du quartier de Gbadolite et au couvent des Servantes de Saint Joseph de cette même ville.
La Nonciature apostolique en République démocratique du Congo, la Conférence épiscopale locale (CENCO) et la Mission des Nations unies de stabilisation en RDC (MONUSCO) ont condamné les actes de vandalisme commis contre les structures de l’Eglise.
« Les lieux de culte appartiennent à tous. Ceux qui les attaquent frappent un bien commun de tous les congolais » affirme un communiqué conjoint signé par Leurs Excellences NN.SS Louis Mariano Montemayor et Marcel Utembi Tapa, respectivement Nonce apostolique à Kinshasa et Archevêque de Kisangani et Président de la CENCO, et par Maman Sidikou, le diplomate nigérian se trouvant à la tête de la MONUSCO, demandant la suspension immédiate de ces actes de vandalisme. (L.M.) (Agence Fides 24/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network