VATICAN - 70ème anniversaire de la fondation du Collège pontifical Saint Pierre Apôtre en présence du Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples

jeudi, 23 février 2017 filoni   oeuvres pontificales missionnaires   congrégation pour l'evangélisation des peuples  

Cité du Vatican (Agence Fides) – « Vos Evêques, en vous confiant à notre Congrégation, ont estimé qu’ici vous auriez acquis une « connaissance » adéquate du Christ et qu’ici vous auriez appris le centre de cette mission, grande et dans le même temps humble, qui vous attend… Je voudrais que vous ayez, dès à présent, un grand amour pour votre mission. Je dirais même, une grande passion pour votre mission. Ouvrez vos cœurs à la mission ! ». Telle est l’exhortation que S.Em. le Cardinal Fernando Filoni, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, a adressé aux prêtres hôtes du Collège missionnaire international Saint Pierre Apôtre au cours de la Messe qu’il a célébré hier après-midi, 22 février, en la Fête de la Chair de Saint Pierre, fête patronale dudit Collège.
Ainsi que l’a rappelé le Cardinal, le Collège fête son 70ème anniversaire de fondation, intervenue le 18 janvier 1947, « sur intuition et grâce à la clairvoyance de l’Archevêque (puis Cardinal) Celso Costantini, ancien Délégué apostolique en Chine ». « En cette fête liturgique, donc, particulièrement significative – a poursuivi le Cardinal Filoni – vous, prêtres du Christ provenant de nombreux endroits, cultures et Eglises locales, représentez bien cette multitude de peuples qui se sont ouverts à l’Evangile et au service desquels vous entendez vous mettre généreusement. Il n’est pas secondaire de rappeler aujourd’hui, dans la continuité avec l’histoire de ce Collège, les plus de 2.700 élèves qui sont passés entre ces murs, tout comme les Pères Verbites auxquels fut confiée depuis ses débuts la direction du Collège, les religieuses qui ont soin de cette maison et le personnel laïc qui en garantit la fonctionnalité. Notre gratitude est vive également envers les innombrables bienfaiteurs sans lesquels ce Collège ne pourrait poursuivre l’œuvre de préparation des jeunes prêtres provenant des Eglises d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et d’Amérique.
Commentant la péricope évangélique du jour (Mt 16, 13-19), le Préfet du Dicastère missionnaire a relevé que, « là où il est proclamé, le même événement revit dans l’Eglise, qui le fait encore sien et confesse avec Pierre que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ». En outre, comme affirme le Seigneur Lui-même, « la foi de Pierre en Jésus est un don du Père, un don de Dieu, un don d’En-haut ». « Nous pouvons dire également que la foi de Pierre est intrinsèquement christologique – a-t-il poursuivi – c’est-à-dire qu’il s’agit d’un acte d’amour pour le Christ et que c’est justement cette foi christologique qui différencie la foi de Pierre et de l’Eglise d’autres fois ».
Jésus a confié à Pierre « ce qu’Il aime et qui Lui appartient profondément et naît de l’offrande de Sa vie », « l’Eglise par suite n’et ni de Képhas, Pierre, ni de Paul, ni d’Apollon… L’Eglise appartient au Christ et pas à nous ! C’est pourquoi tout scandale, toute saleté, toute action qui touche l’Eglise, viole cette consigne d’amour donnée par le Christ à Pierre et viole cette confession que Pierre fit une fois pour tous et pour toujours : Tu sais que je T’aime et que j’aime Ton Eglise. Ceci vaut donc aujourd’hui aussi et ceci devrait nous mettre en garde, en tant que prêtres, contre la tentation d’utiliser l’Eglise du Christ pour notre profit, pour des intérêts peu nobles, pour rechercher des positions privilégiées ou pour des projets humains étrangers au Christ et, à Dieu ne plaise, pour des scandales ! ».
Le Cardinal a poursuivi : « L’amour de Pierre pour Jésus et pour l’Eglise naît de son expérience du Christ. Le Christ lui changea la vie, de pêcheur de poissons, Il fit de lui un pêcheur d’hommes, le transformant de peureux qui nie de Le connaître en pasteur de Ses Agneaux et de Ses brebis. La rencontre avec le Christ fut bouleversante, devenant une référence également pour l’Eglise et sa mission évangélisatrice de par le monde. Nous ne pouvons pas ne pas penser que Jésus ne bâtisse pas avec nous également une histoire aussi similaire et belle ». Le Préfet du Dicastère missionnaire a enfin souligné l’importance de ne jamais oublier notre rencontre avec le Christ, « parce qu’elle aidera à remettre de l’ordre dans la vie sacerdotale et à l’orienter dans le sens juste et correct. Dans le même temps, elle me replace dans la perspective de ma mission sacerdotale de consacré pour que je sois un instrument de grâce et de bien parmi les peuples au sein de l’Eglise du Christ ». (SL) (Agence Fides 23/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network