AMERIQUE/MEXIQUE - Prise de position de l’hebdomadaire de l’Archidiocèse de Mexico sur la situation des migrants

mardi, 21 février 2017 famille   politique   migrants  
L'Eglise à propos de la situation des migrants

L'Eglise à propos de la situation des migrants

Mexico (Agence Fides) – « A cause des décrets présidentiels du Président Donald Trump, est venu à se créer un environnement hostile, d’insécurité, d’incertitude et de terreur pour des milliers de personnes qui sont accusées d’être des criminels seulement parce qu’elles se trouvent en condition d’immigration irrégulière. L’application de telles mesures produit des résultats désastreux, le premier étant la séparation des familles, lorsque les parents sont rapatriés en laissant leurs enfants totalement sans défense. Le destin final (des enfants en question NDT) est d’être adopté alors qu’en réalité ils ont un père et une mère dont le seul crime est de ne pas avoir la nationalité américaine » : c’est ce qu’indique l’éditorial du dernier numéro de l’hebdomadaire de l’Archidiocèse de Mexico, Desde la Fe.
Le texte lance une invitation à l’unité du peuple mexicain face aux nombreuses difficultés que connaissent leurs compatriotes dans les terres nord-américaines. « Nous ne pouvons pas rester indifférents à la situation actuelle. Il est nécessaire d’agir avec un courage tel qu’il permette de récupérer le potentiel que le Mexique a toujours eu » souligne le texte parvenu à Fides.
« Face à la terreur de l’administration Trump, l’Eglise catholique, des deux côtés de la frontière, fait appel à l’union. Au cours de cette semaine, dans le cadre de la rencontre Texas-Mexique, les Evêques du Texas et du Mexique se sont engagés, en ce moment historique difficile, à fournir des services de qualité aux migrants au plan spirituel, légal, matériel et d’assistance à la famille et à conserver une présence constante au sein des centres et des maisons d’accueil des migrants de la frontière sud du Mexique et aux Etats-Unis parce que, face à cette ambiance de défiance et de trahison, seules les églises sont restées un refuge sûr en ce qu’elles peuvent leur apporter des garanties permettant de protéger leurs droits légaux » réaffirme l’éditorial (voir Fides 15/02/2017). Le texte s’achève par une affirmation énergique : « La recherche de solutions juridiques, politiques et sociales n’est plus une option, il s’agit de questions impératives ». (CE) (Agence Fides 21/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network