ASIE/TIMOR EST - Les catholiques, engagés dans les domaines de l’oecuménisme et de l’instruction

samedi, 18 février 2017 evangélisation   jeunes   eglises locales   instruction   oecuménisme   liberté religieuse   développement  

Dili (Timor Est) – « Il existe une grande espérance pour l’avenir de l’Evangélisation à Timor Est mais il est toujours nécessaire de renforcer la foi de notre communauté ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Virgilio do Carmo da Silva sdb, Evêque de Dili, à Timor Est. L’île de Timor est divisée en deux, la partie occidentale appartenant à l’Indonésie alors que la partie orientale est devenue un Etat indépendant en 2001, se détachant alors de l’Indonésie. Timor Est compte une population de quelques 1,2 millions d’habitants dont 96,5% de catholiques et 2,5% de protestants, répartis en trois Diocèses : Dili, Baucau et Maliana. Timor Est est à ce titre la nation asiatique qui dispose de la plus forte concentration de catholiques.
En août 2015, le Saint-Siège et la République démocratique de Timor Est ont signé à Dili un Accord sanctionnant la reconnaissance de la personnalité juridique de l’Eglise et de ses institutions et qui garantit à l’Eglise la liberté d’exercer sa mission en faveur du peuple timorais. En 2016, ledit accord a été ratifié.
Parlant à Fides de la situation de l’Eglise catholique à Timor Est, laquelle a un rôle très important dans la formation des consciences des citoyens timorais, l’Evêque a déclaré : « La foi des baptisés a constamment besoin d’être renforcée et enracinée dans la spiritualité catholique et dans la tradition, selon les valeurs de l’Evangile ».
Dans un Etat marqué par une très forte proportion de jeunes – 75% de la population a moins de 30 ans et près de la moitié de la population est composée d’enfants – « prêtres, religieux et catéchistes sont appelés à faire des efforts concertés afin d’accompagner la formation des fidèles et de mener les programmes pastoraux qui aident à renforcer la foi de la population, progressivement » déclare l’Evêque.
En effet, à certaines occasions et dans certaines situations de la vie, les catholiques de Timor Est tendent à retourner à leurs antiques systèmes de croyance animistes : « C’est pourquoi l’Eglise œuvre avec eux et pour eux, afin qu’ils apprennent à puiser toujours au patrimoine de la foi catholique et à s’adresser à Dieu en toutes circonstances » poursuit-il.
Un autre problème auquel la communauté catholique se confronte est la présence très active d’églises pentecôtistes, avec lesquelles il est parfois possible de parler de « compétition des fidèles ». « Nous lançons actuellement un parcours de dialogue avec les autres églises chrétiennes, à l’enseigne du respect réciproque et de l’œcuménisme » pour éviter le passage des baptisés d’une communauté à l’autre.
Parmi les besoins présents au sein de la jeune société timoraise, se trouve le développement du secteur éducatif. Pour cela, la communauté catholique, en particulier grâce à l’action d’ordres religieux tels que les Salésiens et les Jésuites, offre sa contribution et collabore avec les institutions au sein du système éducatif qui, à compter de 2002, a dû être entièrement reconstruit et se trouve être important pour construire l’identité nationale de la jeune république. (PA-SD) (Agence Fides 18/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
evangélisation


jeunes


eglises locales


instruction


oecuménisme


liberté religieuse


développement