AMERIQUE/REPUBLIQUE DOMINICAINE - Condamnation de l'Archevêque de Santo Domingo après les nouvelles violences

vendredi, 17 février 2017
Irruption d'un groupe d'hommes armés au siège d'un

Irruption d'un groupe d'hommes armés au siège d'une radio et tirs à l'aveuglette

Santo Domingo (Agence Fides) – L’Archevêque de Santo Domingo, S.Exc. Mgr Francisco Ozoria, a dénoncé le fait que la société dominicaine vit actuellement des moments difficiles d’obscurité et de violence.
« Ce monde marche dans les ténèbres à chaque fois qu’il y a mort, violence et criminalité. Ces choses nous font penser » a déclaré l’Archevêque en date du 15 février. Dans le pays, le niveau d’insécurité est élevé comme le démontre le meurtre de deux annonceurs radiophoniques, Luis Manuel Medina et Leo Martinez, appartenant à une station de San Pedro de Macoris, sur leur lieu de travail.
« Il est presque impensable que lorsque quelqu’un se trouve à son travail, pour gagner de quoi faire vivre sa famille, puisse arriver un groupe qui te crible de balles » a déclaré l’Archevêque au cours de l’homélie de la Messe célébrée sur la base aérienne de San Isidro pour le 69ème anniversaire de l’Aviation de la République dominicaine. Mgr Ozoria a remarqué que les deux personnes assassinées étaient des hommes engagés dans leur travail et qu’il avait bien connu lorsqu’il était à San Pedro de Macoris.
L’Archevêque a souligné qu’il faut arrêter la criminalité afin de faire cesser cette lacération de la société. Une solution peut être trouvée en cultivant les valeurs apprises en famille, dans les écoles et au sein de l’héritage patriotique. Il a rappelé ensuite que la société dominicaine vit « un nationalisme hypocrite » et a expliqué qu’il existe une discrimination envers les Haïtiens : la main-d’œuvre est utile mais lorsqu’ils sont embauchés, ces derniers sont sous-payés.
La communauté nationale est encore choquée par ce fait criminel. Selon la police, le mobile du crime n’est pas encore connu. Un groupe d’hommes armés a fait irruption au siège de la radio et a ouvert le feu à l’aveuglette, sachant que la secrétaire est actuellement hospitalisée même si ses blessures n’engagent pas son pronostic vital. Le tragique événement a provoqué la solidarité internationale des moyens de communication. (CE) (Agence Fides 17/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network