ASIE/INDONESIE - Opposition de la Commission diocésaine pour les laïcs de Bandung à l’interdiction faite par des autorités de fêter la Saint Valentin

mardi, 14 février 2017 droits fondamentaux   légalité   liberté religieuse   minorités religieuses   jeunes   elèves   instruction   islam  

Bandung (Agence Fides) - La Commission pour les laïcs du Diocèse de Bandung conteste une circulaire régionale interdisant aux étudiants de célébrer la Saint Valentin. La mesure a été signée par Ahmad Hadadi, Chef du Bureau pour les affaires scolaires régionales de Java Occidentale, lequel a expressément interdit aux étudiants de la province de Java Occidentale de célébrer la Saint Valentin tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des établissements scolaires. Ainsi que l’a appris Fides, la circulaire est adressée à tous les chefs des bureaux communaux et à tous les dirigeants d’écoles supérieures et écoles professionnelles.
L’interdiction est motivée par l’effort de l’administration de « construire un caractère noble chez les étudiants » et d’éviter des activités « qui sont contre les normes religieuses, sociales et culturelles ». Aux directeurs et aux enseignants, il est demandé de veiller à l’observance de ces prescriptions.
En réponse au texte en question, le Père Paulus Rusbani Setyawan, prêtre responsable de la Commission pour les laïcs du Diocèse de Bandung, remarque : « La question ne concerne pas strictement des matières telles que la formation et l’instruction. La circulaire d’un côté pourrait être entendue comme une tentative de protéger les étudiants mais en réalité elle résulte artificielle et infantile, si elle provient d’une institution qui s’occupe d’instruction ». La circulaire, ajoute le prêtre, « n’a sûrement aucune valeur éducative pour l’actuelle génération des jeunes qui sont globalisés et qui, grâce à la technologie, sont reliés au monde entier ».
L’édiction de cette circulaire, remarque le Père Setyawan, « indique que le chef des affaires scolaires régionales de Java Occidentale ne connaît et ne comprend pas l’univers estudiantin et suit simplement sa manière de penser. Ceci n’est pas cohérent avec l’intérêt de la formation des étudiants ».
« Tout règlement doit être basé sur l’esprit d’amour – relève-t-il. En ce qui concerne la célébration du jour de la Saint Valentin, il faut parler aux étudiants dans un esprit éducatif et plein d’amour, en premier lieu en pensant qu’ils ne sont plus des enfants ».
« Au minimum – conclut le responsable de la Commission pour les laïcs du Diocèse de Bandung – le Bureau de l’éducation devrait expliquer aux étudiants la raison de cette interdiction de la Saint Valentin » alors qu’il serait utile « de lancer une réflexion pour amener les étudiants à choisir la juste forme de célébration ». (PP-PA) (Agence Fides 14/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
droits fondamentaux


légalité


liberté religieuse


minorités religieuses


jeunes


elèves


instruction


islam