ASIE/INDONESIE - Message de l’Archevêque de Djakarta en vue des élections du 15 février

mardi, 7 février 2017 politique   islam   islam politique   blasphème   minorités religieuses   liberté religieuse   eglises locales   droits fondamentaux   paix  

Jakarta Globe

Ahok (au centre) lors d'un débat électoral

Djakarta (Agence Fides) – Alors qu’est enregistrée dans le pays une tension et une polarisation croissante en vue de l’élection du gouverneur de Djakarta, prévue pour le 15 février, l’Archevêque de la ville, S.Exc. Mgr Ignatius Suharyo, a diffusé un message invitant les fidèles à affronter « avec calme et sérénité la situation actuelle, soutenant tous les efforts promus par le gouvernement pour maintenir la paix » et « exerçant le droit de vote en conscience ».
Dans le texte de la lettre parvenu à Fides, l’Archevêque souhaite que « les catholiques privilégient avant tout le sens de la nationalité » et cette « diversité » entendue comme « signification positive pour l’intégrité de la République d’Indonésie qui se base sur l’idéologie du Pancasila » (la charte des cinq principes fondamentaux NDR). Mgr Suharyo invite les fidèles à continuer à prier « afin que Dieu protège toujours notre nation et que les responsables de notre pays aient toujours la sagesse de manière à ce qu’ils puissent construire une société pacifique et prospère ».
Se référant au principe fondamental de l’Etat, à savoir « l’unité dans la diversité », l’Archevêque rappelle aux catholiques qu’ils ne doivent pas faire de l’Eglise « le lieu ou l’instrument d’une forme quelconque de campagne politique », invitant d’autre part les fidèles à prier une neuvaine et à réciter le chapelet afin que le candidat chrétien Basuki Tjahaja Purnama, connu aussi sous le surnom de Ahok, puisse sortir vainqueur du scrutin. Il est pour l’heure inculpé de présumé blasphème mais ceci ne l’empêche pas de continuer à mener sa campagne et de participer aux élections.
Ces jours derniers, dans le cadre de l’un des événements de la campagne électorale, le candidat a déclaré : « Nous croyons que Djakarta a besoin d’un responsable (gouverneur NDT) honnête. Si le responsable est honnête alors les fonctionnaires auront la même attitude. Par ailleurs, le responsable devrait être transparent et compétent ».
Maxi Paat, laïc catholique travaillant au Secrétariat de la Commission épiscopale pour les Affaires œcuméniques et interreligieuses, indique à Fides : « Les catholiques se mêlent aux autres électeurs. Je voterai pour Ahok non pas à cause de ses origines religieuses ou ethniques mais parce qu’il a fourni une excellente preuve de son travail dans le domaine du développement de Djakarta ». Félix Lengkong, Psychologue de l’Université catholique Atma Jaya de Djakarta, remarque que « Ahok est soutenu également par de nombreux musulmans, du moment que nombreux sont ceux qui croient en son honnêteté et dans sa correction ».
Aujourd’hui, 7 février, le candidat chrétien Basuki Tjahaja Purnama a été présent à la IX° audience du procès dans le cadre duquel il est inculpé de blasphème. La plainte déposée contre lui par le groupe radical Islamic Defenders Front remonte au 6 octobre dernier et a pour base son discours du 27 septembre dans lequel le candidat avait cité la sourate al maidah du coran. Après des semaines d’enquête, la police a renvoyé en jugement l’homme politique chrétien pour présumé blasphème. (PA-PP) (Agence Fides 07/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
politique


islam


islam politique


blasphème


minorités religieuses


liberté religieuse


eglises locales


droits fondamentaux


paix