ASIE/PHILIPPINES - Témoignage d’une missionnaire oeuvrant dans les bidonvilles de la capitale

vendredi, 3 février 2017 pauvreté   instruction   jeunes   enfants des rues   périphéries  

Manille (Agence Fides) – « Servir les pauvres est un labeur mais donne l’espoir » déclare à Fides Sœur Emiliana Saptaningsih, de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie, engagée dans la pastorale des bidonvilles aux Philippines.
La religieuse exerce son ministère parmi les occupants d’un nouveau quartier édifié en 1980 à la périphérie de Manille et connu sous le nom de Bagong Silang, c’est-à-dire littéralement le nouveau-né. Le quartier s’est bientôt agrandi, devenant l’un des sites occupés par les pauvres arrivant dans la capitale, Manille, et cherchent à s’installer au mieux.
Depuis sa fondation, à la périphérie de Manille, Bagong Silang est ainsi devenu le plus peuplé des bidonvilles des Philippines, avec plus de 300.000 habitants.
Dans un effort de réglementation de la condition des habitants des baraques, de nombreuses familles du quartier ont reçu un terrain de 50 à 60 m2 sur lequel construire leur maison. Les infrastructures locales, cependant, n’étaient pas adaptées pour soutenir une population aussi nombreuse, la majeure partie desquelles manquant des services essentiels.
Dans ce contexte est né le Centre Saint Damien, créé par la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie en 2012. Des religieuses et des bénévoles s’occupent de soigner des enfants malnutris et des femmes enceintes au travers de programmes d’alimentation et d’assistance. D’autres projets destinés aux communautés résidantes concernent l’instruction et proposent des cours de formation professionnelle et un accès à des bourses d’études.
« Ces programmes et initiatives cherchent à apporter l’espérance aux personnes – explique à Fides Sœur Emiliana Saptaningsih. Les personnes doivent satisfaire les besoins matériels les plus divers mais il est tout aussi important de prendre en compte les besoins spirituels. Les pauvres de Bagong Silang ont un grand cœur et nourrissent l’espoir d’un avenir meilleur. Notre mission est de les aider à améliorer leur vie et à réaliser leurs potentialités au travers d’un accompagnement humain et spirituel » conclut-elle, remarquant que « la communauté catholique fait actuellement des efforts concertés afin d’atteindre, de rencontrer et de prendre soin des pauvres de la zone ». (PA- SD) (Agence Fides 03/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network