AFRIQUE/EGYPTE - Institution de la Commission chargée de régulariser églises et édifices ecclésiastiques construits sans permis

vendredi, 3 février 2017

wikipedia

Le Caire (Agence Fides) – Les édifices de cultes et immeubles des différentes Eglises et communautés chrétiennes construits au cours de ces dernières années, avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la construction des églises approuvée fin août dernier, seront recensés et évalués s’agissant de leurs caractéristiques par une Commission gouvernementale spéciale, formée de fonctionnaires des Ministères de l’Intérieur et de la Défense et de représentants des forces de sécurité.
L’institution de cette Commission, prévue par le texte de la loi précitée, vise surtout à établir la liste de l’ensemble des immeubles, disposant de diverses destinations d’usages, que les Eglises et communautés chrétiennes ont fait construire avant l’approbation de la loi disciplinant la matière depuis le 30 août dernier. Avant cette date, et en l’absence de références législatives précises, les différentes Eglises et communautés chrétiennes, afin de pourvoir à leurs besoins pastoraux, avaient fait construire des immeubles – des édifices de culte mais également des maisons et des locaux pour usage collectif – qui sont actuellement encore privés des permis ad hoc tels que prévus par la norme entrée en vigueur au cours de ces derniers mois.
Aux représentants légaux des différentes Eglises et communautés chrétiennes, il a été demandé de fournir, d’ici septembre prochain, à la Commission la liste des immeubles appartenant à chacune d’entre elles afin d’évaluer leur congruité par rapport aux lois générales réglementant la construction d’édifices publics et privés et de procéder à leur éventuelle régularisation.
Au sein des différentes communautés ecclésiales impliquées dans les opérations de recensement des immeubles en question circule également quelque préoccupation liée à la future gestion de l’ensemble du dossier de la part des organismes gouvernementaux : « Nous nous demandons – indique à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Botros Fahim Awad Hanna, Evêque copte catholique de Minya – comment il se fait que les institutions civiles et sociales locales n’aient pas été impliquées dans les travaux de la Commission, alors qu’elles connaissent la réalité des différentes situations dans chacune des régions. Nous espérons qu’il sera tenu compte de la destination d’usage des édifices, qui souvent assurent des fonctions de service au profit de l’ensemble de la population locale et pas seulement des chrétiens. Nous attendons par ailleurs de voir si la régularisation d’éventuels immeubles privés de permis interviendra au travers de mesures fiscales ou selon d’autres modalités ».
La nouvelle loi sur la construction des églises a été approuvée le 30 août dernier par plus des deux tiers des 596 membres du Parlement, appartenant pour la plupart à la majorité appuyant le Président Abdel Fattah al Sisi. Selon les dispositions de cette norme, les gouverneurs des provinces doivent répondre dans les quatre mois aux demandes de construction de nouvelles églises présentées par les communautés chrétiennes. En cas de rejet, le gouverneur doit motiver sa décision et la communauté concerné a le droit de faire appel devant les tribunaux administratifs. La loi établit entre autre que « la superficie de l’église doit être adaptée au nombre des résidents appartenant à la communauté chrétienne et prendre en compte la croissance de la population ». (GV) (Agence Fides 03/02/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network