ASIE/IRAQ - Visite du Patriarche de Babylone des Chaldéens dans la plaine de Ninive

vendredi, 27 janvier 2017 eglises orientales   guerres   djihadistes  

Telkaif (Agence Fides) – Au cours de la journée du 26 janvier, une délégation de l’Eglise chaldéenne conduite par son Patriarche, S.B. Louis Raphaël I Sako, a visité la zone de la plaine de Ninive, depuis peu reprise par l’armée irakienne, étant accueillie notamment par des représentants politiques locaux. A Telkaif, en l’église du Sacré-Cœur, dont la croix a été remise en place depuis peu sur le toit, après qu’elle ait été abattue par les djihadistes, le Patriarche de Babylone des Chaldéens a conduit un moment de prière pour évoquer le don de la paix sur toute la région et le retour rapide des réfugiés dans leurs maisons.
Le Patriarcat de Babylone des Chaldéens indique qu’ont été constitués des comités et affectés les premiers fonds – mis à disposition par le Patriarcat mais aussi par les Diocèses chaldéens d’Irak – pour un total de quelques 500 millions de dinars irakiens (soit plus de 380.000 €uros) afin d’accélérer la restauration d’habitations et d’églises endommagées ou détruites au cours des années de l’occupation djihadiste et permettre ainsi le retour de ceux qui désirent revenir dans leurs maisons, abandonnées entre juin et août 2014 devant l’avancée des milices du prétendu « Etat islamique ».
Dans un message diffusé hier par le biais des moyens de communication du Patriarcat, il est fait appel à la générosité des Paroisses et des communautés chaldéennes de par le monde afin qu’elles prennent en charge le soutien financier des projets de reconstruction et de restauration des conditions d’habitabilité des villes libérées de la plaine de Ninive. Selon des données fournies par le Patriarcat et parvenues à l’Agence Fides, les premières reconnaissances ont montré que Batnaya constitue le centre le plus touché par les dévastations procurées au cours de l’occupation djihadiste et des affrontements qui ont vu la défaite des milices du prétendu « Etat islamique ». D’autres villes telles que Tesqopa et Telkaif ont en revanche subi moins de dommages.
A Telkaif (voir Fides 25/01/2017), les troupes de l’armée irakienne avaient trouvé, lors de la reconquête de la ville, une chrétienne de 60 ans, Georgette Hanna, qui, n’ayant pas réussi à quitter la ville avec les autres membres de sa famille en août 2014, avait trouvé depuis lors refuge chez une famille de voisins musulmans, qui a pris soin d’elle pendant tout ce temps, la cachant dans son habitation. (GV) (Agence Fides 27/01/2017)



Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network