ASIE/INDE - Engagement des Jésuites en faveur de l’harmonie sociale, un besoin de l’époque

lundi, 16 janvier 2017 paix   société civile   ordres religieux   dialogue   minorités religieuses   droits fondamentaux   moyens de communication de masse   evangélisation  

Jrssap

Calcutta (Agence Fides) – Surmonter l’ignorance et les préjudices et surtout éduquer les jeunes à promouvoir la paix et l’harmonie sociale ainsi que la paix constituent des besoins pressants de l’époque dans laquelle nous nous trouvons. C’est ce qu’affirme à l’Agence Fides le Père Michael Amaladoss SI, théologien indien et Directeur de l’Institut pour le dialogue avec les cultures et les religions du Loyola College de Chennai, par ailleurs consultant pour la mission et l’évangélisation du Conseil mondial des églises.
« Nous devons construire des relations et aider les personnes non seulement à tolérer mais à célébrer la différence en tant que don créatif de Dieu. Nous devons construire une coalition multireligieuse afin de combattre tout type de fondamentalisme et de communautarisme dans toutes les religions. Il faudrait soigner en particulier la formation des jeunes, afin qu’ils grandissent en acquérant une mentalité qui dépasse le préjudice et soit en mesure de promouvoir l’harmonie sociale » explique le religieux à Fides.
Selon le jésuite, « l’usage des nouveaux moyens de communication numériques et des réseaux sociaux est nécessaire pour atteindre un nombre croissant de personnes et pour former des réseaux. Nous pourrons diffuser des informations, offrir des programmes de formation et faciliter également les rencontres au travers d’Internet » relève-t-il.
Sur le thème du dialogue, le Père Vincent Sekhar SI, remarque l’importance du Ministère chargé du dialogue interreligieux en Inde, à partir de la situation politique et religieuse actuelle du pays. La structure est en effet utile pour discerner de nouveaux parcours. « Pour cela, il faut être proactifs et résister à ce qui fait obstacle aux valeurs du pluralisme et d’une Inde laïque, en cultivant tous les modes possibles permettant de valoriser l’amour et l’amitié, la confiance et la coopération. Actuellement, il est urgent de construire des ponts afin de réconcilier les différentes communautés » note-t-il.
« La politique consistant à instrumentaliser la religion, les défis lancés par le fondamentalisme religieux et les provocations du communautarisme compromettent gravement les deux piliers que sont la démocratie et la laïcité de l’Inde » affirme le Père Sekhar.
« Nous devons reconnaître – poursuit-il – que l’essence de toutes les religions est l’amour, le service, la paix et l’harmonie. Reconnaître que toute personne humaine est la demeure d’un Etre Suprême porte au respect réciproque. Nous croyons également que le respect et l’appréciation positive des enseignements des écritures de toutes les religions conduiront à l’acceptation réciproque, nous aidant à coexister de manière pacifique ».
Dans cet esprit, les jésuites organisent des rencontres interreligieuses de prière et la célébration de fêtes religieuses en collaboration avec les membres des différentes religions, favorisant la compréhension et la solidarité, s’engageant à porter la réconciliation et l’harmonie dans les contextes parcourus par la violence. (PA-SD) (Agence Fides 16/01/2017)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
paix


société civile


ordres religieux


dialogue


minorités religieuses


droits fondamentaux


moyens de communication de masse


evangélisation