AMERIQUE/BOLIVIE - Déclarations du Secrétaire général de la Conférence épiscopale à propos de la nouvelle candidature du Président Morales

jeudi, 22 décembre 2016 politique   conférences épiscopales   eglises locales  
S.Exc. Mgr Aurelio Pesoa Ribera

S.Exc. Mgr Aurelio Pesoa Ribera

La Paz (Agence Fides) – « Il ne s’agit pas d’une question de partis, qu’ils soient de droite, de gauche ou du centre. Il s’agit de savoir et de se souvenir du fait que, le 21 février de cette année, le peuple bolivien s’est exprimé et par suite, sa parole devrait être respectée » a souligné l’Evêque auxiliaire de l’Archidiocèse de La Paz et Secrétaire général de la Conférence épiscopale de Bolivie (CEB), S.Exc. Mgr Aurelio Pesoa Ribera, O.F.M..
Au cours d’une conférence de presse convoquée dans l’après-midi du 20 décembre afin de présenter les vœux de Noël des Evêques à la communauté bolivienne, Mgr Aurelio Pesoa a également voulu répondre aux questions des journalistes concernant la récente communication faite par le parti MAS, conduit par le Président Morales, selon laquelle la candidature de ce dernier aux prochaines élections présidentielles de 2019 est une possibilité.
Selon Mgr Pesoa, une nouvelle candidature d’E. Morales, qui occupe la Présidence depuis 2011, provoquerait « non pas l’union mais une fracture. Il existe déjà de la division et une fracture dans notre pays mais ce choix provoquerait probablement une aggravation de cette dernière ».
Le référendum portant sur la révision de l’article 168 de la Constitution de l’Etat plurinational de Bolivie (voir Fides 17/02/2016), qui concerne la durée du mandat présidentiel et vice présidentiel (cinq ans) et la possibilité de réélection (une seule fois suite à un mandat précédent), a eu comme résultat la victoire du non par 56% des suffrages exprimés. (CE) (Agence Fides 22/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network