ASIE/INDONESIE - Vers la comparution du gouverneur de Djakarta devant le tribunal de district le 13 décembre pour blasphème

mercredi, 7 décembre 2016 blasphème   politique   islam politique   islam   justice   paix   elections  

Facebook

Djakarta (Agence Fides) – Le gouverneur chrétien de Djakarta, Basuki Tjahaja Purnama, aussi connu sous le surnom de Ahok, sera jugé le 13 décembre par le tribunal du district Nord de Djakarta pour présumé blasphème, dans le cadre d’une affaire qui, au cours de ce dernier mois, a provoqué des manifestations de masse de ses adversaires et de ses partisans en Indonésie. Ainsi que cela a été communiqué par la Cour, le cas sera examiné par un collège conduit par le juge Dwiarso Budi Santiarto, assisté de quatre autres magistrats. Les audiences se tiendront au tribunal du district central de Djakarta. Vue la grande attention du public pour cette affaire, le Parquet a formé une équipe de 13 hauts fonctionnaires responsables de représenter le ministère public et qui seront également occupés par l’enquête.
Le procès devrait mettre un terme à une affaire qui agite actuellement la nation. Après la manifestation imposante du 4 novembre dernier, au cours de laquelle les groupes extrémistes islamiques avaient porté dans les rues des milliers de personnes pour demander l’inculpation et l’arrestation du gouverneur, un second cortège pacifique visant à réaffirmer les principes de tolérance, d’amour, d’unité dans la diversité, d’accueil de l’autre, de légalité et de paix a vu défiler le 30 novembre des millions de citoyens indonésiens, appartenant à toutes les communautés religieuses, lesquelles ont partagé une grande « prière pour l’unité », lançant ainsi un message de paix.
Le 2 décembre a eu lieu une autre grande assemblée dans le parc du monument national de Djakarta, au cours de laquelle les musulmans ont prié et demandé une nouvelle fois à la magistrature d’arrêter le gouverneur.
Les chrétiens indonésiens, aux côtés de nombreux fidèles musulmans, se sont unis à la prière pour la paix, reconnaissant l’urgence de promouvoir le bien du pays, le respect de la démocratie et du Pancasila, les cinq principes se trouvant à la base de la Constitution indonésienne et de la coexistence civile dans l’archipel.
Le gouverneur chrétien de Djakarta, Basuki Tjahaja Purnama a été accusé de blasphème après que, dans une intervention de septembre dernier, dans laquelle il annonçait se représenter au poste de gouverneur, il avait cité le verset d’une sourate du coran, affirmant que tout citoyen indonésien a le droit légitime de voter pour lui, alors que certains responsables islamiques affirment que, selon le coran, seul un musulman peut guider des musulmans.
Selon les observateurs politiques, est en cours en Indonésie une confrontation entre le front des réformateurs, guidés par le Président Joko Widodo et par le gouverneur chrétien de Djakarta, Basuki Tjahaja Purnama, et les oppositions de l’ancien Président Susilo Bambang Yudhoyono, qui utilisent l’islam militant comme un moyen pour lutter contre les réformistes. L’accusation de blasphème dont fait l’objet le gouverneur de Djakarta irait s’insérer dans ce cadre d’instrumentalisation de la foi islamique. (PA) (Agence Fides 07/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network
blasphème


politique


islam politique


islam


justice


paix


elections