ASIE/TURQUIE - Intention de certains membres de la Commission d’enquête sur le coup d’Etat manqué d’enquêter sur les contacts entre F. Gulen et le Saint-Siège

mercredi, 7 décembre 2016 géopolitique   zones de crise   moyens de communication  

Wikipedia

Ankara (Agence Fides) – Certains membres autorisés de la Commission d’enquête turque chargée d’enquêter sur le coup d’Etat manqué du 15 juillet dernier ont manifesté l’intention d’enquêter sur les contacts ayant eu lieu par le passé entre Fethullah Gulen – le prédicateur islamique turc expatrié aux Etats-Unis depuis 1999, accusé par les autorités turques d’être l’inspirateur du coup d’Etat manqué – et le Saint-Siège. Ces jours derniers, des journaux considérés comme proches du gouvernement turc, tels que Aksam et Yeni Safak, ont rapporté les déclarations du Vice-président de la Commission d’enquête, Selçuk Ozdag, député du parti AKP du Président Recep Tayyp Erdogan selon lequel « avant de quitter la Turquie, Fethullah Gulen a rencontré le Pape (Saint Jean Paul II NDR) au Vatican. Qui les a mis en contact ? Il faut s’informer auprès du Ministère des Affaires étrangères et du Vatican ».
Des déclarations analogues concernant la possible implication du Saint-Siège dans les travaux de la Commission d’enquête ont été faites également par Aykut Erdogdu, député du Parti populaire républicain (Cumhuriyet Halk Partisi, CHP), formation politique d’opposition, de tradition laïque kémaliste.
Fethullah Gulen rencontra au Vatican le Saint Pape Jean Paul II en février 1998. Déjà, depuis août (voir Fides 10/08/2016), dans le cadre des campagnes lancées par les moyens de communication turcs contre le prédicateur expatrié et son mouvement, Hizmet, certains journalistes avaient adressé des accusations spectaculaires contre leurs cibles politiques, accusations qui impliquaient également le Saint-Siège. Le journaliste Mine Kirikkanat, dans un article s’inspirant à la théorie du complot publié dans les colonnes du quotidien Cumhuriyet du 7 août dernier était allé jusqu’à insinuer que Fethullah Gulen – présenté par l’auteur de l’article comme un Q »imam fidèle à l’Eglise » - aurait pu être le Cardinal créé « in pectore » par Saint Jean Paul II, dont le nom n’a jamais été rendu public. (GV) (Agence Fides 07/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network