AMERIQUE/VENEZUELA - Prise de position de l’Archevêque de Caracas sur le dialogue, « instrument pour résoudre les problèmes »

mercredi, 7 décembre 2016 dialogue   droits fondamentaux   politique  
S.Em. le Cardinal Urosa

S.Em. le Cardinal Urosa

Caracas (Agence Fides) – « Les prisonniers, qui sont nombreux, doivent être remis en liberté. Il est nécessaire que le gouvernement agisse en ce sens, parce qu’il s’agit de personnes injustement détenues. L’Eglise ne renoncera pas au dialogue et il est dans son esprit de continuer dans cette voie, mais il est nécessaire de respecter les accords signés au mois de novembre. Voici ce qu’a demandé S.Em. le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat de Sa Sainteté, dans la lettre envoyée au gouvernement, affirme S.Em. le Cardinal Jorge Urosa Savino, Archevêque de Caracas.
« La Conférence épiscopale et les Evêques du Venezuela sont en syntonie avec le Pape François et nous voulons tous soutenir les efforts visant à rechercher des solutions constitutionnelles à la crise » a-t-il déclaré dans une brève rencontre avec la presse pour commenter les propos du député Diosdado Cabello contre le lettre du Cardinal Parolin.
« Le Cardinal Parolin a indiqué respectueusement les conditions pour qu’existe un véritable dialogue, à savoir la libération des prisonniers politiques, un calendrier électoral et le respect de l’Assemblée nationale, entre autres choses. Le dialogue devrait constituer un instrument visant à résoudre les problèmes et ici les problèmes que nous avons sont très sérieux » a conclu le Cardinal Urosa.
Hier, des moments de tension ont eu lieu entre les parties et tant le gouvernement que l’opposition ont eu des contacts séparés avec les médiateurs, dont S.Exc. Mgr Claudio Maria Celli. A la fin de la journée, il a été décidé de réactiver le dialogue, tous ensemble, fixant la date (de la prochaine rencontre NDT) au 13 janvier. (CE) (Agence Fides 07/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network