AFRIQUE/DJIBOUTI - Programmes de sensibilisation aux risques du SIDA dans les écoles catholiques

vendredi, 2 décembre 2016 santé  

Internet

Djibouti (Agence Fides) – « Dans notre pays existe un Plan stratégique national pour la lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme qui dépend du Premier Ministre » indique à l’Agence Fides la Directrice des écoles catholiques du Diocèse de Djibouti, Simone. « A cela vient s’ajouter de surcroît un Plan stratégique spécial relatif au SIDA, bénéficiant du soutien du Fonds global. De son côté – continue la Directrice des écoles catholiques du Diocèse de Djibouti – l’UNICEF à Djibouti soutient les ONG locales CCAF (Cabinet-Conseil-Appui-Formation), AIBC, UNFD (Union des Femmes de Djibouti) outre à avoir comme partenaire le CRIPEN (Centre de Recherche, d’Information et de Production de l’Education Nationale) en ce qui concerne la réalisation de ce programme de lutte contre le SIDA.
Le CRIPEN, explique-t-elle, a réalisé des posters, des dépliants, du matériel éducatif, des spots pour la télévision et organise des rencontres, des cours de sensibilisation, des débats pour jeunes et adolescents dans les écoles. Les ONG visent surtout à atteindre les jeunes non scolarisés, au sein des centres communautaires et en d’autres lieux d’agrégation. « Le CCAF s’occupe de la sensibilisation et de la formation primaire concernant le SIDA au travers de la diffusion d’informations sur la maladie, sur sa transmission, ses dangers mais aussi au travers de l’éducation et de visites guidées dans les différents centres sanitaires ou instituts hospitaliser qui soignent les personnes frappées par le virus dans la capitale et les différentes régions. L’UNFD s’occupe quant à lui plus particulièrement de jeunes filles et de jeunes femmes en général. A l’intérieur de ses programmes, est également impliqué le Ministère de la femme qui, cette année, a organisé la Journée du 1er décembre dédiée à la lutte contre le SIDA ».
De février 2016 à 2017, le PNUD assure la coordination d’un comité s’occupant de la sensibilisation à la lutte contre le SIDA et à la santé des personnes à haut risque telles que les sans abris, les adultes en difficulté etc. « Tous les centres hospitaliser sont soutenus par le programme de lutte contre le SIDA du Ministère de la Santé visant à intensifier la sensibilisation et l’aide aux personnes séropositives. A Djibouti, il existe un centre de dépistage gratuit. Les deux hôpitaux publics fournissent une assistance aux personnes à risque. Dans le pays, il n’existe pas de statistiques récentes relatives au SIDA. Les dernières en date, remontant à 2002, faisaient état d’un taux de contamination égal à 2,9% de la population totale » conclut la Directrice des écoles catholiques du Diocèse de Djibouti. (GB/AP) (Agence Fides 02/12/2016)


Partager: Facebook Twitter Google Blogger Altri Social Network